Getty Images

La consommation de fruits et de légumes bios est désormais bien ancrée dans les habitudes alimentaires de beaucoup de Québécois. Toutefois, lorsqu’il est question de viande, c’est une autre histoire. Il est encore difficile de mettre la main sur de la viande biologique. La mise en marché directe demeure souvent la solution la plus simple pour le consommateur et l’agriculteur. Métro propose quelques pistes aux carnivores qui désirent s’alimenter autrement.

  1. Ferme Le Crépuscule
    Entreprise agricole de 68 hectares vouée à la production animale depuis 1992 et certifiée biologique selon les normes d’accréditation «Québec Vrai». Jean-Pierre et Debbie Clavet élèvent, sur leur ferme de Yamachiche, des poulets, des bœufs, des veaux, des porcs et des poules pondeuses.Ils offrent aussi, en collaborant avec d’autres éleveurs et pêcheurs, du bison, de l’oie, de l’agneau, du chevreau, de la dinde, ainsi que des produits de la mer provenant du golfe du Saint-Laurent. Les commandes se font par internet, et plusieurs points de chute permettent d’aller chercher les provisions qu’on a réservées, et ce, quelques jours plus tard. Un site intéressant pour tout commander au même endroit!
  2. Les Fermes Saint-Vincent
    Sur sa ferme de Saint-Cuthbert, Yves Saint-Vincent possède des élevages de bovins, de chevaux ainsi que de dindes, d’oies, de canards, de pintades, de cailles et de lapins. Il est possible de se procurer ses viandes biologiques dans les boucheries qu’il possède dans les deux principaux marchés publics de Montréal, soit Jean-Talon et Atwater.
  3. Les Viandes Rheintal
    Cette entreprise familiale située à Sainte-Monique-de-Nicolet œuvre dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage biologiques depuis 25 ans. Sébastien Angers et Guylaine Buecheli élèvent des porcs en pâturage, des veaux sous la mère et du bœuf des prés. Il est possible de commander en ligne directement ou via le réseau de l’ASC, et la viande sera livrée à un point de chute déterminé à une heure déterminée, avec le fermier. Différents points de vente offrent aussi les viandes Rheintal, notamment dans les épiceries Rachelle-Béry à Montréal.
  4. Ferme Formido
    Ferme familiale certifiée par Garantie Bio-Écocert, située à Saint-Ignace-de-Stanbridge en Montérégie. La famille Forgues élève du bœuf et du veau, ainsi que des œufs bio de poules en liberté. Elle offre également du porc et du poulet provenant d’autres éleveurs avec qui ils collaborent pour augmenter la diversité. La ferme Formido distribue ses produits par le biais d’internet.Il suffit de remplir une commande par internet ou par téléphone, et elle sera livrée une fois par mois à un point de chute déterminée, soit dans le quartier Villeray ou à Chambly, à Longueuil, à Pointe-St-Charles ou à Lachine. Différents types de paniers sont offerts (paniers surprises, personnalisés ou économiques) et il est aussi possible d’adhérer au programme de l’Agriculture soutenue par la communauté.
  5. Le réseau de l’Agriculture soutenue par la communauté
    Le réseau de l’Agriculture soutenue par la communauté, chapeauté par Équiterre, compte dix fermes d’élevage biologique. Plus flexible que le volet dédié aux paniers de fruits et légumes, le volet «viande» Toutefois, pour adhérer au réseau de l’ASC, le consommateur donnera un dépôt à l’éleveur et s’engagera à commander pour ce montant au cours des six mois suivants.L’agriculteur peut ainsi bénéficier d’un soutien financier pour la période où il doit nourrir, soigner, transporter, faire abattre l’animal et livrer ses découpes. «C’est intéressant de faire un dépôt si on veut développer un partenariat et une solidarité avec l’agriculteur», soutient Isabelle Joncas, chargée de projet pour Équiterre.

***

  • Les certifications
    Pour obtenir la certification biologique, les agriculteurs doivent se conformer à un cahier de charges fixé par le Conseil des appellations réservées et des termes valorisants (CARTV). Plusieurs organismes de certification, tels que Québec vrai ou Écocert Canada, sont accrédités pour certifier les produits et faire respecter les normes.
  • Pourquoi acheter de la viande biologique?
    «Il y a plusieurs bonnes raisons, mais la plupart des gens vont [acheter de la viande biologique] soit pour leur santé, pour les conditions d’élevage ou pour l’environnement, explique Isabelle Joncas. Pour certains, c’est vraiment une question de goût. Pour eux, il y a une grosse différence de goût entre un poulet bio et un poulet conventionnel. Mais c’est subjectif.» Avant tout, choisir de la viande bio se résume à choisir une viande sans résidus de pesticides, d’herbicides et d’insecticides.L’animal élevé biologiquement aura eu de l’espace pour bouger, un accès à l’extérieur, à la lumière du jour et à une alimentation biologique sans hormones, antibiotiques ou farine animale. En plus de s’attarder au bien-être animal en respectant ses comportements naturels, par exemple, la production biologique vise à «protéger l’environnement et maintenir la biodiversité», peut-on lire sur le site du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec.
  • La question des prix
    Le gros inconvénient de la viande biologique est son coût élevé. Produire de la viande biologique coûte plus cher que de produire de la viande d’élevage industriel. La moulée est plus dispendieuse, les volumes sont moindres, et les coûts liés à la distribution sont souvent assumés par l’entrepreneur. Toutefois, en faisant affaire directement avec l’agriculteur, la viande sera moins chère que si elle est achetée dans les magasins de produits naturels, puisqu’il n’y a aucun intermédiaire.Aussi, certaines coupes sont plus abordables que d’autres, notamment les saucisses, la viande hachée, les poulets entiers ou les cubes à ragoût. En faisant le choix de manger de la viande biologi-que, on peut aussi faire le choix de manger moins de viande, mais de manger de la meilleure viande.

Aussi dans Bouffe :

blog comments powered by Disqus