Métro Il est important de relativiser, de se rappeler que cette échéance ou cet objectif qui nous accapare n’est qu’une partie du boulot et qu’une personne ne se résume pas à son travail.

Chaque emploi comporte, à divers degrés, sa part d’échéances serrées ou d’exécutions complexes, qui force l’employé à travailler sous pression. Mais quand ça nous arrive, comment faire pour bien s’en sortir sans crouler sous le poids des attentes du patron? Guide de survie.

Répondre à ses besoins physiologiques de base
À la veille d’une échéance importante, il est tentant de sauter sa séance de jogging, de manger sur le pouce et de sacrifier quelques heures de sommeil. Or, ce sont là de bien mauvaises stratégies. Pour le psychologue Pierre Ritchot, combler ses besoins physiologiques est «essentiel» pour soutenir la pression. Fatigué, on cède plus facilement aux émotions négatives, sans compter que nos facultés cognitives ne sont pas à leur meilleur. «Corps heureux, tête heureuse!» résume-t-il.

Le psychologue spécialisé en anxiété et en épuisement professionnel souligne également l’importance des pauses et des loisirs: «S’amuser, c’est de l’investissement pour les études et le travail.»

S’organiser: à bas le multitâche!
Quand les demandes fusent de partout, mieux vaut s’arrêter pour évaluer la situation. Dresser la liste des tâches à accomplir, les classer en ordre de priorité. On peut s’attaquer d’abord aux plus urgentes, mais commencer par celles qui nous rebutent est aussi une bonne idée. La satisfaction qu’on éprouve en les rayant de la liste constitue un carburant de choix pour la suite des opérations.

M. Ritchot recommande de se concentrer sur une tâche à la fois. Il rejoint ainsi les propos de Daniel Levitin, auteur du livre The Organized Mind. Pour ce professeur de psychologie de l’Université McGill, le multitâche est une illusion. Répondre aux courriels du patron en regardant les nouvelles et en supervisant les devoirs du petit dernier? Mauvaise idée. Lorsqu’on croit effectuer plusieurs tâches simultanément, notre cerveau passe en fait rapidement d’une activité à une autre. Résultat: on perd en productivité. La même somme de travail sera abattue plus rapidement si on enchaîne les tâches.

Néanmoins, il faut accepter de ne pas arriver à tout faire.

Gérer ses propres attentes
Pierre Ritchot affirme qu’une grande partie de la pression ressentie vient du travailleur lui-même. Il conseille donc de «faire le deuil de la perfection»: d’accepter de ne pas livrer un résultat parfait, de se donner droit à l’erreur, et même au ridicule. Apprendre à rire de soi est à son avis un moyen efficace de composer avec le stress.

«Adopter la posture de WonderWoman pendant deux minutes juste avant l’intervention décisive abaisserait de façon marquée le taux de cortisol, une hormone de stress, dans le sang.» – Amy Cuddy, psychologue américaine

Adopter la posture des gagnants
Au moment de prendre la parole devant un groupe ou de conclure une vente importante, notre langage corporel est la clé du succès. C’est du moins ce qu’affirme la psychologue américaine Amy Cuddy dans une conférence TED très populaire. Adopter (seul dans son bureau ou dans les toilettes, pour plus de discrétion!) la posture de Wonder Woman ou lever les bras au ciel comme les sportifs victorieux pendant deux minutes juste avant l’intervention décisive abaisserait de façon marquée le taux de cortisol (une hormone de stress) dans le sang. Le taux de testostérone (une hormone associée à la domination), lui, s’élèverait alors significativement. Des postures de repli, comme celle du travailleur courbé sur son clavier d’ordinateur, auraient l’effet inverse.

En plus d’être perçus plus positivement par leur entourage, les individus qui empruntent le langage corporel des dominants (membres écartés, dos droit) améliorent leur capacité physiologique à tolérer la pression, selon le professeur Cuddy.

Finalement, il est important de relativiser. De se rappeler que l’échéance ou l’objectif qui nous accapare n’est qu’une partie du boulot et qu’une personne ne se réduit pas à son travail!

Aussi dans Carrières :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!