Collaboration spéciale Ben Southall

L’Anglais Ben Southall avait le meilleur emploi au monde. En 2009, il est celui qui avait gagné un concours qui lui a permis de décrocher un poste de rêve : devenir le gardien de l’île Hamilton, sur la Grande Barrière de corail, en Australie. Il gagnait plus de 16 000 $ par mois pour explorer et documenter les lieux.

Maintenant que son contrat est terminé, Métro s’est demandé comment il avait trouvé le retour à la réalité.

Que faites-vous maintenant? Le rêve est-il bel et bien terminé?
Je fais quelque chose d’assez semblable pour l’office du tourisme de Queensland. En somme, il faut faire des voyages d’aventures, prendre des photos et rédiger des textes promotionnels. La plongée est toujours au cœur de mon quotidien.

Ainsi, il n’a pas été trop dé-primant de quitter ce petit paradis…
C’était quand même davantage du travail que des vacances. J’ai exploré 62 îles et j’ai écrit 1 500 entrées de blogue. Je recevais un itinéraire bien rempli chaque deux semaines. Pour dire vrai, j’ai à peine passé du temps dans ma villa de presque 5 M$!

Est-ce que le tourisme à la Grande Barrière de corail vous inquiète?

Je surveille de près la situation, mais les touristes ne peuvent visiter que 1 à 2 % de la région et il existe de strictes restrictions concernant ce qu’on peut y faire. On sensibilise les gens qui s’y rendent à l’importance de la conservation.

Avez-vous quitté le Royaume-Uni pour de bon?
L’Angleterre est un endroit où gagner de l’argent pour voyager. Je suis toujours Anglais et je n’ai pas coupé les ponts, mais je ne peux jamais y rester très longtemps avant que l’envie de voir le monde me reprenne. J’ai passé 16 ans à voyager.

Qu’avez-vous appris?

Plus vous travaillez fort, plus vous êtes chanceux. Je suis allé à l’école, j’ai un diplôme universitaire, mais il faut aussi être assez brave pour foncer. La vie est faite pour en profiter.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!