collaboration spéciale Selon Santé Canada, 15 % des maisons sont habitées par au moins un fumeur régulier.

En plus d’être mauvaise pour la santé, la cigarette amincit le portefeuille des fumeurs d’une manière insoupçonnée.

Un récent sondage indique que plus de la moitié (51 %) des agents et des courtiers immobiliers québécois pensent que le tabagisme peut diminuer la valeur de revente d’une propriété. Parmi les répondants, le tiers (29 %) croit que cette valeur peut baisser de 10 % à 19 %.

«Je connais l’importance que revêt la première impression chez l’acheteur d’une maison, dit Brigitte Poitras, spécialiste en valorisation immobilière et animatrice des émissions Bye-bye maison! et Chic shack diffusées à Canal Vie. Les acheteurs potentiels doivent s’imaginer vivre dans la propriété, et il peut être difficile de le faire si on y voit des taches laissées par la cigarette. La fumée laisse des traces partout, notamment sur les murs et les tapis, en plus d’imprégner l’espace d’une odeur persistante. Il est évident que ces facteurs rendent la maison d’un fumeur beaucoup moins attrayante pour un acheteur.»

Il n’est donc pas surprenant d’apprendre que les trois quarts des agents et courtiers immobiliers du Québec (74 %) s’entendent pour dire qu’il est plus difficile de vendre une maison dans laquelle les propriétaires ont fumé. Plus de la moitié des répondants (55 %) ont aussi affirmé que la plupart des acheteurs sont moins susceptibles d’acheter la maison de fumeurs, et 15 % ont ajouté que la majorité des acheteurs sont même réticents à acheter une maison dans laquelle on a fumé.

Ce sondage en ligne a été mené pour le compte de Pfizer Canada auprès de 401 agents immobiliers travaillant en Ontario et au Québec. La marge d’erreur est de 4,9 %, 19 fois sur 20.

Aussi dans Maison :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!