Les vieux immeubles d'appartements sont très recherchés par les jeunes acheteurs, qui en modifient les fonctions.

Une certaine imcompatibilité existe entre la nature dynamique de l’existence des habitants d’une maison et les contraintes que la permanence du plan de la demeure exerce. Parfois, on aimerait pouvoir déplacer les pièces comme des cubes d’un jeu de construction. C’est impossible, mais existe-t-il un plan intemporel qui favoriserait une meilleure compatibilité entre les étapes de la vie et la résidence sans forcer les occupants à déménager ou à faire des compromis? 

Une promenade dans les vieux quartiers de Montréal révèle l’existence d’une telle architecture: l’immeuble d’appartements. On dit qu’il a été construit pour la première fois en 1852 pour les travailleurs de la Grand Trunk Railway Company. Dans ce duplex, une famille habitait le rez-de-chaussée, et une autre le premier étage.

Au cours des décennies suivantes, le duplex s’est transformé en triplex, voire en maison quadrifamiliale quand un appartement était inclus au sous-sol. Les Montréalais ont rapidement découvert la rentabilité de ce concept comme immeuble locatif. On peut construire une maison à trois logements pour en occuper un et louer les deux autres.

Concept fascinant

La conception intérieure de l’immeuble d’appartements est particulièrement fascinan­te. Comme ils ignoraient l’identité des futurs locataires, les architectes concevaient des plans génériques. Par exemple, les chambres avaient généralement les mêmes dimensions et proportions, à l’instar des fenêtres, ce qui permettait de les transformer en chambre à coucher, salon ou salle à manger. La cuisine et la salle de bain étaient placées dans la partie médiane de l’étage ou à l’arrière pour que la lumière pénètre dans les pièces principales à l’avant. 

Au cours des 100 dernières années, la popularité de l’immeuble d’appartements s’est maintenue à Montréal. En fait, les vieux immeubles d’appartements sont très recherchés par les jeunes acheteurs, qui en modifient les fonctions. Dans certains  de ces immeubles nouvellement rénovés, les propriétaires ont aménagé un bureau à domicile, puisque les proportions des pièces et la lumière s’y prêtent bien. Dans d’autres, deux étages ont été reliés pour constituer un seul logement, ou bien le rez-de-chaussée a été converti en bureau et le premier étage, en résidence.

Depuis quelques décennies, les plans des nouvelles maisons ont tendance à comporter des espaces à fonction unique. Compte tenu de la diversification de la composition démographique et des modes de vie, il est temps d’envisager une architecture intemporelle, c’est-à-dire des espaces adaptés à beaucoup d’usages et d’années.

Aussi dans Immobilier :

blog comments powered by Disqus