MONTRÉAL — La présence de gras abdominal témoigne aussi bien que l’indice de masse corporelle du risque de souffrir du cancer, selon une étude publiée par le British Journal of Cancer.

Des chercheurs de l’Agence internationale de recherche sur le cancer, une composante de l’Organisation mondiale de la Santé, ont constaté que l’ajout de 11 centimètres au tour de taille augmentait de 13 pour cent le risque de souffrir d’un cancer lié à l’obésité.

Concernant le cancer de l’intestin, l’ajout de huit centimètres autour des hanches rehaussait le risque de 15 pour cent.

Le surpoids peut modifier les niveaux d’hormones sexuelles comme l’oestrogène et la testostérone, gonfler les taux d’insuline et être une source d’inflammation — tous des facteurs de risque associés à une hausse du risque de cancer.

Les chercheurs ont démontré que des mesures de l’IMC, du tour de taille et du rapport taille/hanches témoignaient toutes de risques similaires de cancers liés à l’obésité chez les aînés.

Ils rappellent que le surplus de poids, après le tabagisme, est le plus important facteur de risque modifiable en matière de prévention du cancer; il a été associé à 13 types de cancers, dont ceux de l’intestin, du sein et du pancréas.

Le maintien d’un poids santé, des modifications mineures à l’alimentation et l’activité physique peuvent réduire le risque d’être frappé par le cancer.

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!