Getty Images/iStockphoto La luminothérapie est très efficace.

Une fois la période des pommes passée et les feuillages flamboyants tombés,  l’automne annonce également, pour 2 à 3% de la population, le retour du trouble affectif saisonnier. Voici les conseils de la psychologue clinicienne Marie-Pierre Lavoie pour rallumer son soleil intérieur.

Aller jouer dehors
La dépression saisonnière est causée par la diminution du nombre d’heures d’ensoleillement. «Par ailleurs, à l’approche du froid, on a tendance à être plus casanier, ce qui fait que nous sommes moins exposés à la lumière naturelle que durant l’été. Il faut donc profiter de chaque occasion qui se présente pour sortir à l’extérieur», rappelle Marie-Pierre Lavoie, qui a fait du traitement de la dépression saisonnière sa spécialité.

Une bonne hygiène de vie
On ne le répétera jamais assez: dormir suffisamment, manger de façon saine et équilibrée et faire de l’exercice, ce n’est pas seulement bon pour notre santé physique, c’est également très bénéfique pour notre santé mentale. «Dans le cas de la dépression saisonnière, les effets de l’activité physique sont encore plus remarquables lorsque celle-ci est pratiquée à l’extérieur», souligne la psychologue.

Se préparer pour l’hiver
La particularité de la dépression saisonnière, c’est qu’elle revient chaque année plus ou moins au même moment. On peut donc élaborer à l’avance un plan de match pour la déjouer. «Pour nous inciter à aller jouer dehors, on peut commencer par s’acheter un bon manteau et des bottes chaudes. On peut aussi s’inscrire à des activités hivernales, par exemple des cours de ski», suggère Marie-Pierre Lavoie.

Adopter la luminothérapie
En plus d’être efficace, la luminothérapie est fort simple. On peut se procurer une lampe conçue à cette fin dans la plupart des pharmacies et des grandes surfaces. «On privilégie les  appareils affichant une intensité de 10 000 lux et qui émettent une lumière blanche. Et on l’utilise de septembre à avril, à raison de 30 minutes chaque matin. C’est important de respecter cette plage horaire, parce que les séances ont un effet stimulant.»

Consulter
«On confond souvent déprime hivernale et dépression saisonnière. Or, ce sont deux choses distinctes», insiste Marie-Pierre Lavoie. La première, qui touche environ une personne sur cinq, se caractérise par de l’hypersomnie et par un sentiment de lourdeur. La seconde, beaucoup plus rare, occasionne des symptômes beaucoup plus invalidants. «Dans ce cas, il faut consulter sans tarder! La thérapie cognitivo-comporte-mentale, combinée à la luminothérapie, donne d’excellents résultats.»

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!