L’hypertension artérielle est le facteur de risque le plus important en ce qui concerne les maladies cardiovasculaires.
Or, au Canada, un adulte sur cinq en souffre. Voici quelques conseils du Dr George Honos, cardiologue et chef du service de cardiologie du CHUM, pour mieux lutter contre ce tueur silencieux.

1- Prendre sa pression correctement
«La plupart des gens ont le réflexe de prendre leur pression lorsqu’ils ne se sentent pas bien. Or, la lecture qu’on obtient alors n’est pas représentative car, bien souvent, l’hypertension est un symptôme et non la cause du malaise», révèle le 
Dr George Honos. L’hypertension artérielle est en effet généralement asymptomatique, d’où son surnom de tueur silencieux. L’idéal consiste donc à prendre sa pression le matin, avant de manger. «Il est préférable de prendre trois mesures. On élimine la première et on fait la moyenne des deux autres», ajoute le cardiologue.

2- Adopter un mode de vie sain
Si vous prenez votre pression à la maison et obtenez toujours une mesure supérieure à 135/85, cela signifie que vous souffrez d’hypertension. Votre médecin pourrait alors vous suggérer de modifier certaines de vos habitudes de vie. Les fumeurs, par exemple, ont tout avantage à écraser pour de bon, car le tabac réduit l’élasticité des artères. «Il faut aussi veiller à conserver un poids santé grâce à une alimentation saine et à de l’activité physique», ajoute le Dr Honos. En perdant aussi peu que 10 % de votre poids, vous pouvez en effet diminuer votre pression de façon significative.

3- S’autoriser un petit verre
Les experts de la santé ont souvent vanté les mérites du vin rouge, notamment dans la prévention de certains cancers. En réalité, tout type d’alcool, lorsqu’il est consommé avec modération, comporte des bienfaits pour la santé. L’alcool peut même réduire la tension artérielle, à la condition de se limiter à une ou deux onces par jour. «Au-delà de cette quantité, c’est l’effet inverse qui se produit», prévient le cardiologue.

4- Évacuer son stress
On distingue deux types de stress : le stress passager et le stress chronique. C’est ce dernier qui est le plus nocif pour la santé et qui peut notamment provoquer de l’hypertension. Pour contrebalancer ses effets négatifs, le Dr Honos suggère à ses patients de trouver des activités qui les aident à se détendre. «Pour certains, ça peut être d’aller faire une promenade; pour d’autres, ce sera d’aller au spa. L’important, c’est de ne pas attendre de faire une crise cardiaque pour prendre du temps pour soi», dit-il.

5- Rester ouvert à l’approche pharmacologique
Malheureusement, il n’est pas toujours possible de réduire sa pression en apportant quelques changements à ses habitudes de vie. «Dans ce cas, il faut se tourner vers les médicaments», indique le cardiologue. Le hic, c’est que certains patients sont réticents à l’idée de prendre des pilules jusqu’à la fin de leurs jours. «Les convaincre est d’autant plus difficile que, bien souvent, ces patients n’ont aucun symptôme. Ils n’ont donc pas l’impression d’être malades. Or, l’hypertension artérielle est aussi dommageable pour la santé cardiovasculaire que le tabagisme ou l’obésité, voire davantage. Il ne faut pas prendre ça à la légère!», insiste le Dr Honos.

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!