Les enfants qui, dès la maternelle, démontrent une bonne capacité d’attention deviendraient plus travaillants à l’âge adulte. C’est du moins ce que suggèrent les conclusions d’une étude menée par la professeure et chercheure à l’Université de Montréal et à Sainte-Justine, Linda Pagani. L’étude a été publiée dans le Journal of Abnormal Child Psychology, la publication officielle de la Société internationale de recherche en psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent.

La capacité d’attention de plus d’un millier d’enfants de la maternelle a été observée pendant l’étude de Mme Pagani. La qualité du travail autonome et d’équipe des enfants, leurs niveaux de contrôle et de confiance en soi et leur capacité à suivre les directives ont ensuite été mesurés de la première à la sixième année du primaire.

«Pour les enfants, la classe est le milieu de travail, et c’est pourquoi un comportement productif axé sur la tâche dans ce contexte se transpose ensuite sur le marché du travail, a expliqué Linda Pagani, par voie de communiqué. Les enfants plus susceptibles de travailler de manière autonome et harmonieuse avec leurs camarades de classe, qui font preuve d’un bon contrôle d’eux-mêmes et de confiance en soi, et qui suivent les directives et les règles sont plus susceptibles de conserver ces comportements productifs sur le marché du travail des adultes.»

Les enfants qui ont pris part à l’étude étaient tous issus des quartiers les plus pauvres de Montréal. Les chercheurs ont identifié l’évolution de trois groupes d’enfants : ceux qui ont fait preuve d’une participation élevée, moyenne et faible en classe.

Aussi dans Santé :

blog comments powered by Disqus