AFP Relaxnews

Selon une étude récente, les femmes qui pratiquent une activité physique pendant la grossesse ont plus de chances d’accoucher par voie vaginale d’un enfant de poids normal.

«Nous avons appris que les femmes qui faisaient du sport avaient 31% de chances en moins d’accoucher d’un bébé trop gros, sans incidences sur le risque d’avoir un bébé trop petit ou né plus tôt», indique Margie Davenport, chercheuse principale sur l’étude et professeur à la Faculté des sciences de l’éducation physique et de la récréation à l’Université d’Alberta au Canada.

De plus, le risque de la nécessité d’une césarienne diminuait de 20% chez les femmes qui ont fait du sport pendant la grossesse, selon l’étude.

Publiée dans la revue Obstetrics & Gynecology, cette étude a des retombées importantes, puisqu’il y a de plus en plus de données scientifiques qui indiquent que les bébés nés trop gros ont tendance à garder un poids au-dessus de la moyenne, même à l’âge adulte.

L’équipe de recherche a effectué une méta-analyse sur 28 études et des données au sujet de 5.322 grossesses au total.

L’ensemble de ces études comparait des femmes ayant suivi des programmes d’activité physique prénatale surveillée à des femmes soumises à un suivi médical standard.

Dans tous les cas, les participantes ayant reçu l’intervention d’activité physique ont fait au moins une séance de sport toutes les deux semaines pendant la grossesse.

Les études qui ne comprenaient que des exercices du plancher pelvien (contractions du périnée) ont été exclues de la méta-analyse.

Selon le Centers for Disease Control (CDC) aux États-Unis, un poids « normal » à la naissance est défini entre 2,49 et 3,99 kg.

Les bébés qui sont nés trop gros auront un risque accru d’autisme, selon une étude britannique de 2013.

Un nombre croissant d’études suggèrent que le poids à la naissance pourrait être un indicateur de l’indice de masse corporelle au cours d’une vie entière.

Même si la mère n’est pas obèse, un poids élevé à la naissance pourrait indiquer que l’enfant sera en surpoids, voire obèse, quelques années plus tard et même à l’âge adulte, selon une étude issue de l’Université de la Caroline du Nord aux États-Unis.

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!