Amanda Mills Amanda Mills / La Presse Canadienne

TORONTO – Le programme de vaccination contre la varicelle pour enfants financé par le gouvernement de l’Ontario semble avoir réduit considérablement le nombre d’enfants infectés par le virus, indiquent des chercheurs.

Dans une étude qui se penche sur des données sur 20 ans, Santé publique Ontario (SPO) a découvert une chute de 71 pour cent des visites au bureau du médecin ou dans des salles d’urgence, et un déclin de 59 pour cent des hospitalisations attribuables à la varicelle chez les mineurs après que le programme public de vaccination eut été lancé en 2004, en comparaison avec deux périodes antérieures.

Ces périodes étudiées couvrent de 1992 à 1998, alors qu’il n’y avait pas de vaccin, et de 1999 à 2003, lorsque le vaccin était disponible mais devait être défrayé par les parents.

L’auteure principale, la docteure Anne Wormsbecker, épidémiologiste médicale à SPO et pédiatre, a dit constater que le programme de vaccination atteignait tout à fait ses objectifs, disant que l’étude laisse croire que moins d’enfants contractent le virus et qu’un plus faible nombre sont hospitalisés pour des complications.

La varicelle est une maladie virale généralisée causée par le virus varicelle-zona, qui est caractérisée par l’éruption de lésions cutanées qui persistent environ de cinq à dix jours. D’autres symptômes incluent la fièvre, de la fatigue et des maux de tête.

Le virus se propage par contact direct avec le fluide dans les lésions ou par l’air respiré passant sur les lésions.

L’étude, publiée en ligne, mercredi, dans le journal PLOS ONE, montre qu’entre 1992 et 2011, il y a eu plus de 600 000 visites au bureau du médecin, 55 500 visites aux urgences et 2700 hospitalisations pour la varicelle chez les enfants ontariens.

En 1994, avant que le vaccin ne soit disponible, les visites chez le médecin motivées par la varicelle étaient de 25 pour chaque 1000 enfants. En 2011, sept ans après le début du programme public de vaccination, ce nombre a glissé à 3,2 pour chaque 1000 enfants.

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!