Métro

GENÈVE, Suisse — Les gouvernements, les écoles et les marchands d’aliments doivent faire plus pour lutter contre l’obésité infantile, a estimé lundi un comité indépendant sur l’obésité formé par l’Organisation mondiale de la santé.

La Commission pour mettre fin à l’obésité de l’enfant prévient dans son rapport que 41 millions d’enfants âgés de moins de cinq ans souffrent d’embonpoint ou d’obésité à travers le monde, comparativement à 31 millions en 1990.

Le comité prévient que ce nombre pourrait augmenter. Les coprésidents de la commission ont déclaré aux journalistes, lundi à Genève, que des facteurs biologiques et comportementaux ont contribué à cette hausse, surtout dans certaines régions du monde en développement.

Le comité demande notamment “une taxation efficace des breuvages sucrés” et la mise en place à l’école de politiques pour favoriser une saine alimentation et l’activité physique. Le coprésident Peter Gluckman a déclaré qu’on ne peut pas blâmer un enfant de deux ans qui est trop gras parce qu’il mange trop et ne bouge pas assez.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!