Predrag Vuckovic/Istock.com es composés perfluorés sont des polymères chimiques utilisés pour leur résistance à la chaleur, leur imperméabilité et leur capacité à repousser la poussière.

Les vêtements et équipements de sport et de plein air contiennent encore trop de produits chimiques nocifs, a critiqué lundi l’organisation Greenpeace, sur la foi d’un test effectué sur 40 produits, dont quatre seulement étaient exempts de substances dangereuses.

Greenpeace, dont la lutte contre les produits chimiques dangereux dans l’habillement est un cheval de bataille depuis plusieurs années, a effectué le mois dernier des tests sur 40 produits de différentes marques, et achetés dans 19 pays différents. Hormis deux vestes – une de Vaude et une de Jack Wolfskin -, un sac à dos de la marque Haglöfs et une paire de gants de The North Face, tous contiennent des composants perfluorés (PFC), selon un communiqué de l’antenne allemande de l’ONG.

Même si certains fabricants ont commencé à les réduire, l’usage de ceux-ci «est toujours largement répandu», déplore Greenpeace, et ce particulièrement «dans la production de chaussures, de pantalons, de sacs de couchage et de certaines vestes».

Les composés perfluorés sont des polymères chimiques utilisés pour leur résistance à la chaleur, leur imperméabilité et leur capacité à repousser la poussière. Très persistants dans l’environnement, ils sont présents dans de nombreux objets de la vie courante, qu’il s’agisse de poêles anti-adhésives, de produits anti-tâches ou dans certains emballages alimentaires.

Extrêmement tenaces, ils se propagent dans l’environnement, et des traces de PFC ont été retrouvées par exemple dans le foie d’ours polaires, avance Greenpeace. Ils sont également nocifs pour la santé des humains.

Greenpeace réclame par conséquent l’interdiction «pour tous les produits +outdoor+ de tous les PFC».

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!