Getty Images/iStockphoto

MONTRÉAL – Des sujets âgés d’à peine 40 ans présentent des dommages au cerveau qui ont été associés à un déclin cognitif ou même à la maladie d’Alzheimer plus tard pendant leur vie, selon des chercheurs américains.

Une collaboration entre l’Université de la Californie à Davis, l’université Boston et l’étude Framingham Heart a noté qu’un durcissement des artères était associé à une réduction du volume de la matière blanche du cerveau et à un déclin de l’intégrité de la matière grise chez de jeunes adultes autrement en santé.

L’auteure de l’étude, la docteure Pauline Maillard, a expliqué que l’étude démontre pour une première fois que le durcissement des artères nuit au cerveau et que le problème se manifeste en milieu de vie, soit nettement plus tôt qu’on ne l’anticipait.

Elle a ajouté que la découverte pourrait ouvrir la voie à de nouvelles thérapies pour préserver la santé du cerveau.

Les conclusions de cette étude ont été publiées dans le prestigieux journal médical Stroke.

Aussi dans Vivre :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!