Peu de villes peuvent se vanter de contenir autant de trésors que Carthagène, en Colombie. Avec La Havane et San Juan de Puerto Rico, elle fut un des trois ports majeurs des colonies espagnoles en Amérique.

Comme Carthagène était convoitée à l’époque par les pirates et les corsaires, l’Espagne y fit construire d’imposantes forteresses et murailles, aujourd’hui considérées comme des chefs-d’œuvre de l’architecture militaire des XVIe et XVIIe siècles, afin de protéger les églises, les couvents, les jardins et les palais. Cet incroyable ensemble monumental est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1984. Le charme opère dès qu’on pénètre à l’intérieur des remparts.

La Carthagène coloniale
Fondée en 1533 par don Pedro de Heredia, Carthagène fut entièrement bâtie selon les plans des conquistadors. Pour la protéger des attaques des pirates, l’architecte militaire Giovanni Bautista Antonelli fit dresser des murailles qui entourent aujourd’hui encore la ville historique, laquelle correspond aux quartiers d’El Centro, San Diego et Getsemaní. Grâce à la remarquable restauration des bâtiments civils et religieux, il semble que la ville n’ait pas changé d’époque.

La Carthagène culturelle
Un vent artistique souffle sur Carthagène. De superbes sculptures apparaissent au hasard des rues du quartier d’El Centro, et le célèbre Festival Internacional de Música de Cartagena prend possession des églises, des places et des théâtres de la ville chaque année en janvier. Dans le cœur historique de la ville, le somptueux Teatro Adolfo Mejía, aussi connu sous le nom de Teatro Heredia, témoigne de la diversité de la vie culturelle carthagénoise. Moins conventionnel, le Centro Cultural Ciudad Móvil regroupe la scène artistique émergente.

La Carthagène des plages
Les quartiers de Bocagrande et d’El Laguito déroulent un long ruban de sable parallèlement à une route bordée d’hôtels et de boutiques de luxe. Ces plages ont l’avantage d’être situées directement en ville, mais sachez qu’il en existe de bien plus belles tout autour de Carthagène.

L’archipel des Islas del Rosario et la Península de Barú attirent la plupart des visiteurs en quête de farniente, qui ont le plaisir d’y trouver des eaux cristallines et de bonnes infrastructures touristiques, le tout facilement accessible depuis Carthagène. Un peu moins fréquenté, le village de La Boquilla offre la possibilité de se détendre, ou de s’adonner aux sports nautiques ou à la pêche, tout en côtoyant la population locale. Enfin, les amateurs de calme et de plages vierges aux eaux bleu azur peuvent se rendre sur la petite Isla Múcura.

La Carthagène des Cartageneros
Au fur et à mesure des travaux de restauration, les quartiers d’El Centro et de San Diego deviennent de plus en plus chers pour les Carthaginois, qui sont parfois forcés de s’installer ailleurs. Heureusement, le quartier de Getsemaní foisonne de vie, en particulier en fin d’après-midi, lorsque les habitants s’installent au seuil des portes ou sur les places publiques pour profiter de l’air frais. Bon nombre d’artistes y ont élu domicile, et ces peintres, muralistes, musiciens et danseurs se retrouvent entre autres lieux au Centro Cultural Ciudad Móvil.

ulysse carthagène
Ce texte est tiré du guide Carthagène, d’Ulysse.

Aussi dans Vacances :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!