Voir la relève de la garde dans un château millénaire, observer le changement d’heure sur une horloge astronomique ayant 600 ans, admirer des œuvres provocatrices d’un grand artiste contemporain, contempler un symbole de liberté pour les dissidents, découvrir un magnifique jardin peuplé de paons… À la fois classique et audacieuse, Prague séduit par ses multiples visages.

Voici cinq attraits gratuits qui feront votre bonheur.

Le changement de la garde au château de Prague
Plus grand château ancien du monde, le château de Prague (Pražský hrad) domine la ville de sa silhouette colossale. Siège du pouvoir politique des présidents de la République tchèque, mais aussi bien avant eux des rois et des empereurs du Saint-Empire romain germanique, le château abrite toujours les joyaux de la couronne de Bohême et attire derrière ses remparts des hordes
de touristes.

Une entrée monumentale, flanquée de deux titans en lutte, permet de pénétrer dans la Première cour du château. La non moins imposante porte Matthias, construite au début du XVIIe siècle dans le style du premier baroque, laisse chaque jour passer à l’heure pile la relève de la garde (ne manquez pas celle de midi, qui se fait en musique).

L’heure à l’horloge astronomique, pour voir défiler les apôtres, s’animer le squelette de la mort et chanter le coq
Construite en 1410 par Mikuláš de Kadaň et améliorée de nombreuses fois depuis, l’horloge astronomique de Prague se compose de deux cadrans: celui du haut donne l’heure ainsi que la position des signes du zodiaque, tandis que celui du bas donne les jours et les mois de l’année. De véritables foules s’amassent à son pied lorsque sonne l’heure, pour voir défiler les apôtres, s’animer le squelette de la mort et chanter le coq.

Les œuvres provocatrices de David Černý dans Prague
Ses œuvres se retrouvent partout à Prague. Il suffit parfois de lever les yeux ou de tourner la tête pour découvrir un homme suspendu ou un doigt d’honneur géant flottant sur la Vltava en direction du château. Artiste provocateur par excellence, David Černý, né en 1967, devient célèbre du jour au lendemain en recouvrant de peinture rose un char d’assaut Josef Stalin (JS-2), symbole de la répression russe. Créant la polémique avec chaque nouvelle sculpture, il expose en plein air, et Prague est sa galerie favorite. L’homme suspendu (rue Husova), Bébés (île de Kampa), Cheval (passage Lucerna), Pisse (Hergetova Cihelna, dans la cour du Musée Franz Kafka) et Fœtus (place Anenské) peuvent toutes être observées gratuitement. Et gardez l’œil ouvert, vous tomberez peut-être sur une œuvre de David Černý au prochain coin de rue.

Le mur John Lennon, un symbole de liberté pour les dissidents tchèques à l’époque communiste
Dédié à l’ex-Beatles, ce mur couvert de graffitis devint à l’époque communiste un symbole de liberté pour les dissidents tchèques privés de rock-and-roll. Tour à tour nettoyé et repeint, le mur conserve aujourd’hui ce parfum de contestation. Il n’est pas rare d’y assister au concert impromptu d’un guitariste-chanteur.

Le magnifique jardin Wallenstein, avec ses paons, son mur de stalactites et ses riches collections d’art
Demeure du Sénat tchèque, le palais Wallenstein est réputé pour son magnifique jardin peuplé de paons. Le jardin renferme également une volière, de riches collections d’art, un mur de stalactites artificielles et un monumental pavillon appelé Sala terrena.

escale à prague
Ce texte est tiré du guide Escale à Prague d’Ulysse.

Aussi dans Vacances :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!