Kirsty Wigglesworth/AP Novak Djokovic

LONDRES — Plutôt que d’avoir une éventuelle finale très anticipée au tournoi de Wimbledon entre Roger Federer et Rafael Nadal, une décennie après leur dernier duel au sommet, le monde du tennis sera témoin d’un autre choc de titans en demi-finales: Nadal contre Novak Djokovic.

L’affrontement de vendredi sera leur 52e en carrière — le plus grand nombre entre deux tennismen actifs, et 14 matchs de plus que ceux entre Federer et Nadal —, ainsi que leur premier au All England Club depuis 2011.

C’était également la dernière fois que Nadal franchissait le quatrième tour dans ce tournoi majeur sur le gazon; Djokovic, qui a l’avantage 26-25 dans les duels entre eux, l’avait battu en finale cette année-là.

«Nous nous affrontons toujours sur les plus grandes scènes, aux endroits les plus importants, a dit Nadal, qui a trimé beaucoup plus dur que Djokovic en quarts de finale, mettant plus de quatre heures et demie à venir à bout de Juan Martin del Potro dans un match marathon de cinq sets. Ce sera un autre match important vendredi, contre un des adversaires les plus difficiles à battre qui soient. Il joue bien. La seule façon de l’emporter contre lui est de jouer très bien.»

Le premier match de demi-finales sur le court central, entre le Sud-Africain Kevin Anderson et l’Américain John Isner, opposera deux puissants cogneurs au style similaire, mais qui ont beaucoup moins de prestige et de titres du Grand Chelem en carrière. Le tandem Nadal-Djokovic en compte 29, dont cinq uniquement à Wimbledon.

En contrepartie, Isner, qui est âgé de 33 ans, et Anderson, 32 ans, n’en ont remporté aucun. C’est ce dernier qui a mis un terme à la tentative de Federer d’obtenir un neuvième titre en carrière à Wimbledon, après avoir effacé une balle de match et l’avoir défait 13-11 au cinquième set de leur duel en quarts de finale mercredi.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!