OTTAWA – Il faudra attendre pour l’élimination surprise. Les Sénateurs d’Ottawa devront mériter une autre victoire sur Broadway pour venir à bout des puissants Rangers de New York.

Brad Richards a marqué un but et récolté une mention d’aide, Derek Stepan a obtenu trois points et les Rangers ont évité l’élimination en disposant des Sénateurs 3-2, lundi soir.

La série sera tranchée lors du match no 7 présenté jeudi soir au Madison Square Garden.

Pas même le retour du capitaine Daniel Alfredsson devant des partisans gonflés à bloc à la Place Banque Scotia n’a pu propulser les Sénateurs vers la victoire ultime, celle qui aurait pu éliminer les favoris dans l’Association Est. Les gens scandaient ‘Alfie! Alfie! Alfie’ sans arrêt pour ajouter à l’ambiance survoltée à Ottawa.

Mais ce furent les attaquants des Rangers qui ont répondu à l’appel, avec Stepan, Richards et Chris Kreider touchant la cible durant une deuxième période cruciale.

Chris Neil et Jason Spezza ont riposté pour les Sénateurs.

Ce fut une autre guerre de tranchées, ce qui semblait convenir parfaitement aux Sénateurs. Les négligés se sont rapidement forgés une avance dans la série grâce à leurs joueurs de soutien, dont Neil, qui a encore une fois eu son mot à dire dans le match no 6.

Il s’est planté à la limite du demi-cercle de Henrik Lundqvist en compagnie de son coéquipier Zack Smith lorsque l’avantage numérique des Sénateurs leur a procuré les devants 1-0 à 7:05. Le tir de la ligne bleue de Sergei Gonchar a dévié sur un patin de Neil, tandis qu’il tentait d’éviter d’être heurté par la rondelle.

Au premier entracte, le rythme semblait être en faveur des Sénateurs, particulièrement après que le gardien des Sénateurs Craig Anderson eut poursuivi sa séquence sans avoir accordé de but tout en étant solide une fois de plus.

Les Sénateurs ont toutefois perdu leur concentration au deuxième vingt et permis aux Rangers de bénéficier de quatre supériorités numériques.

«Vous regardez la feuille de pointage et vous réalisez que les unités spéciales ont joué un rôle crucial ce soir (lundi)», a déclaré le défenseur des Sénateurs Chris Phillips. «C’est difficile lorsqu’on est dans la boîte, mais d’un autre côté nous devons profiter de notre avantage numérique lorsque nous en avons l’opportunité, et nous devrons être meilleurs à ce chapitre lors du match no 7.»

Stepan a créé l’égalité 1-1 lors du premier jeu de puissance à 8:55, s’y prenant à deux reprises pour frapper le caoutchouc derrière Anderson, à la suite d’une passe précise de Richards. Ç’a mis fin à la séquence de 145 minutes et 27 secondes sans but d’Anderson contre les Rangers dans cette série.

Richards a ensuite profité d’une double supériorité numérique — sur une pénalité controversée décernée à l’attaquant Nick Foligno — pour se créer de l’espace dans l’enclave et battre Anderson d’un tir précis dans la lucarne à 17:08.

Kreider a enchaîné avec son premier filet en carrière dans la LNH, brisant du même coup les reins des Sénateurs. Il a décoché un tir qui a trompé la vigilance d’Anderson alors qu’il restait 40,3 secondes à faire au deuxième engagement, portant le score à 3-1.

«Je ne suis pas certain de la décision (sur Foligno), car c’est assez risqué que de donner une double supériorité numérique dans une série aussi serrée, a dit Spezza. Nous n’en avons pas obtenu une comme ça, de toute façon, et ils en ont profité pour retrouver leur momentum, puis nous leur avons donné un but crucial en fin d’engagement.»

Les Sens ont bien tenté une dernière remontée après que Spezza eut difficilement poussé la rondelle derrière la ligne des buts à 19:21 — un filet qui a été longuement revu par la ligue —, mais ce fut peine perdue.

Après six matchs, les Sénateurs obtiendront une dernière opportunité de compléter leur boulot, devant absolument l’emporter sur la patinoire du Madison Square Garden, où ils ont affiché un dossier de 4-1 cette saison.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!