Cette lettre répond à celle de Michel Labbé publiée dans cette page vendredi.

L’interdiction des sacs à dos au Musée des beaux-arts est fort embarras­sante. Que le sac à main des femmes soit intouchable est de toute évidence sexiste, mais nous y voyons aussi une discrimination de classes. Le port du sac à dos est en effet caractéristique d’un groupe social particulier : jeunes, cyclistes, etc.. Interdire de quelque manière que ce soit, le port du sac à dos, c’est exprimer à ce groupe non seulement de l’intolérance, mais de la méfiance. On sous-entend que ce groupe particulier ne se comportera pas de façon appropriée et qu’une mesure plus autoritaire est justifiée à leur endroit : devoir mettre son sac au vestiaire. L’accès de ce groupe au musée est conditionnel, les autres peuvent entrer librement. Les hommes d’affaires et les dames ne sont pas importunés. Et particulièrement ceux et celles qui y viennent en automobile. Gaultier lui-même est pourtant un grand contributeur à la liberté vestimentaire que célèbre le Musée des beaux-arts.      

– Simon Cloutier et amis

Aussi dans :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!