Ryan Remiorz Alain Bellemare, patron de Bombardier

Avec une moyenne de 10,4M$, les 100 patrons canadiens les mieux rémunérés ont touché des revenus 209 fois plus élevés que le salaire moyen en 2016.

«À 10h57 le 2 janvier, les 100 plus hauts dirigeants d’entreprises au Canada auront déjà touché en moyenne ce que le travailleur moyen canadien gagnera au cours de l’année entière», indique le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA), qui précise que jamais ce temps n’a été aussi court depuis les premières études du CCPA il y a une dizaine d’années.

Dans ce rapport intitulé «plus haut, plus cher, inégalitaire» publié mardi, l’institut de recherche évoque un «écart grandissant» entre les salaires des citoyens et ceux des patrons les plus riches du pays. Ces derniers toucheraient à nouveau des niveaux de rémunération d’avant la crise financière de 2008, ce qui propulserait cette différence de revenus «à un sommet inégalé».

À cette date, ces patrons touchaient 175 fois plus que le salaire annuel moyen du pays, contre 209 actuellement. Par ailleurs, ces dirigeants, majoritairement opposés au salaire horaire de 15$ selon l’auteur du rapport, gagnaient en moyenne 2489,62$ par heure.

Entre 2015 et 2016, les salaires moyens de ces patrons ont augmenté de 8%. Durant la même période, ceux des travailleurs canadiens n’ont progressé que de 0,5%. «Ce qui, en termes réels, signifie qu’une fois l’inflation prise en compte le revenu moyen a diminué», assure le CCPA.

Ces hauts revenus sont notamment causés par d’importants avantages et bonus. En 2016, le salaire de base ne représentait que 11%, contre 14% en 2008.

Joseph Papa, le patron de l’entreprise pharmaceutique Valeant, dont le siège social est à Laval, est de très loin le dirigeant le mieux payé au Canada. Ce dernier avait pris la tête de cette firme, qui connaissait alors d’importants soucis financiers, en mai 2016, avant d’empocher 83,1M$ cette même année.

En deuxième position, on retrouve Donald Walker, président de Magna International, une entreprise spécialisée dans l’équipement automobile, avec 28,6M$. Le patron de Rogers Communication, Guy Laurence, complète le podium avec 24,6M$

Le président de Bombardier, Alain Bellemare, pointe quant à lui au 16e rang avec 12,6M$. Ce classement est par ailleurs composé de 97 hommes, contre 3 femmes.

En complément de ce rapport, le CCPA demande également au gouvernement fédéral de se pencher sur une réforme fiscale, afin notamment d’éliminer la réduction de l’impôt sur les gains en capital pour les actions faisant partie de la rémunération accordée aux grands patrons. Selon cet institut, une telle mesure, qui entrainerait une augmentation des recettes fiscales, pourrait par exemple permettre d’investir dans des programmes sociaux et réduire les inégalités.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!