Google Map

MONTRÉAL — Quatre représentants des syndiqués de l’aluminerie ABI de Bécancour, dont les quelque 1030 travailleurs sont en lock-out depuis près de deux mois, se sont rendus jusqu’en Floride afin de rencontrer le président et directeur général d’Alcoa, Roy Harvey.

Celui-ci prononçait un discours ce mardi devant des gens d’affaires réunis à la Conférence globale sur les métaux et les mines (Global Metals & Mining Conference) organisée par BMO Marché des capitaux à Hollywood, en Floride.

Les syndiqués, avec leur président Clément Masse à leur tête, voulaient faire part de leur profond mécontentement face à l’absence de l’employeur à la table des négociations, malgré l’appel lancé aux parties le 9 février dernier par la ministre du Travail, Dominique Vien.

Alcoa est propriétaire à 75 pour cent de l’aluminerie de Bécancour, l’autre 25 pour cent appartenant à Rio Tinto.

La délégation syndicale voulait faire sentir sa présence à l’intérieur de la conférence pendant le discours de M. Harvey, mais on leur a refusé l’accès.

Les représentants syndicaux voulaient faire prendre connaissance du conflit aux autres investisseurs présents sur place, afin de leur signifier que le lock-out n’est bon ni pour Alcoa, ni pour les travailleurs, ni pour la région.

Les travailleurs s’expliquent mal le refus de l’employeur de revenir à la table des négociations.

«Il ne s’est rien passé encore», a indiqué Clément Masse, en entrevue à La Presse canadienne depuis Hollywood.

«C’est une des choses qu’on dénonce: ça fait au-delà de deux semaines qu’on a rencontré la ministre et on n’a pas eu de nouvelles de l’employeur», a laissé tomber le leader syndical.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!