EDMONTON – Un psychiatre sous le coup d’une allégation voulant qu’il ait eu des relations sexuelles avec une patiente en Ontario a démissionné de son nouveau poste de chef de département à l’Université de l’Alberta.

Le Dr Claudio Soares avait été embauché pour diriger le département universitaire de psychiatrie à partir du 1er septembre, mais il a été mis en congé avant même qu’il ne puisse entamer son mandat.

Le Collège des médecins ontarien enquête sur une accusation de faute professionnelle pesant contre lui. Il est allégué que M. Soares a eu des relations sexuelles avec une patiente entre novembre 2007 et mai 2009.

À l’époque, il enseignait à l’Université McMaster à Hamilton, en Ontario, et était également directeur de la Women’s Health Concerns Clinic, qui est affiliée à l’école.

Jo-anne Nugent, une porte-parole de l’Université de l’Alberta, dit ne pas pouvoir confirmer le moment officiel de l’embauche du Dr Soares, ou à quel moment l’allégation contre lui a été connue.

Mme Nugent précise que le Dr Soares a été mis en congé le jour même où il devait entamer son nouveau mandat. Lundi, il «a remis sa démission en vigueur immédiatement».

La porte-parole n’a pas voulu dire si l’université envisage de revoir ses procédures d’embauche.

Le Collège des médecins ontarien a émis une note à propos de M. Soares le 11 juillet. Le 7 août, l’institution a envoyé un avis public aux autres provinces leur indiquant que le Dr Soares ne devait pas être laissé seul avec des patientes pendant la durée de l’enquête.

Des documents laissent également entendre qu’il n’a pas pleinement coopéré avec un enquêteur du Collège.

Une porte-parole de l’institution, Kathryn Clarke, a annoncé que le Dr Soares n’avait plus de licence pour pratiquer en Ontario.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!