Collaboration spéciale Le cimetière de la garnison du Fort-Anne, en Nouvelle-Écosse

ANNAPOLIS ROYAL, N.-É. — Les chercheurs espèrent utiliser les nouveaux moyens techniques pour découvrir de vieux secrets dans le premier lieu historique national du Canada, un fort qui abrite un cimetière anglais remontant à plusieurs siècles.

Ted Dolan, de Parcs Canada, relate que des soldats et des civils ont été enterrés dans le cimetière de la garnison du Fort-Anne, en Nouvelle-Écosse, à partir de 1630, mais avec le temps, les écriteaux de bois se sont décomposés.

Selon M. Dolan, on estime que plus de 2000 dépouilles ont été enterrées au cimetière de la garnison, mais peu de documents le prouvent.

Ces sépultures s’ajouteraient aux 234 inscriptions de pierre encore présentes sur le site. Celles-ci ont été installées par les Anglais à partir de 1710 quand ils ont repris possession du fort contrôlé par les Français.

Maintenant, les experts en archéologie et en géomatique souhaitent sonder le cimetière à l’aide de radars pénétrants et de drones, afin de cartographier le site et d’identifier les sépultures non marquées.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!