La Presse Canadienne

TORONTO — Le gouvernement ontarien a annoncé qu’il reportait l’entrée en fonction du prochain chef de la police provinciale jusqu’à la fin d’une enquête sur des allégations d’ingérence politique dans le processus d’embauche.

La ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels, Sylvia Jones, dit que le gouvernement acquiescera à la demande de Ron Taverner de retarder son entrée en fonction, laquelle devait avoir lieu lundi.

M. Taverner, un ami de longue date de la famille du premier ministre Doug Ford, ne répondait pas initialement aux critères d’embauche pour le poste de commissaire de la Police provinciale de l’Ontario (OPP). Or, le gouvernement a reconnu avoir abaissé ces critères afin de pouvoir attirer un plus grand nombre de candidats.

Des sources au cabinet du premier ministre ont indiqué que le commissaire intérimaire actuel de la police provinciale, Brad Blair, sera remplacé par le sous-commissaire Gary Couture.

M. Blair a dit comprendre les raisons qui ont mené à la nomination d’un nouveau commissaire intérimaire. Il a offert sa pleine et entière collaboration.

Il avait demandé vendredi aux tribunaux d’ordonner au protecteur du citoyen de l’Ontario de mener une enquête sur l’embauche de Ron Taverner. Paul Dubé avait rejeté une première demande en ce sens de M. Blair.

L’avocat de M. Blair, Julian Falconer, reconnaît que son client peut sembler être motivé par des «raisons personnelles», mais il a ajouté que celui-ci ne cherchait qu’à défendre la réputation et l’intégrité de la police provinciale.

De son côté, le NPD a aussi réclamé la formation d’un comité parlementaire composé d’élus de tous les partis pour examiner les candidatures au poste de commissaire.

«Nous sommes soulagés de voir que M. Taverner n’entrera pas en fonction lundi, a déclaré la chef adjointe du parti, Sara Singh. Toutefois, nous demeurons inquiets.»

Le gouvernement Ford a nié que le cabinet du premier ministre s’était mêlé de l’embauche de M. Taverner.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!