TORONTO – La réputation de Blackberry a sérieusement été ternie à la sortie du BlackBerry Storm, une tentative précipitée de l’entreprise ontarienne de concurrencer l’iPhone d’Apple et son écran tactile, selon Jim Balsillie, ancien co-directeur général de l’entreprise de Waterloo.

M. Balsillie a déclaré mardi aux gens venu l’entendre Toronto que BlackBerry «avait essayer de trop en faire» avec le Storm.

La mise au point d’un appareil à écran tactile, mais également cliquable, s’est réalisée «en une période de temps incroyablement courte», ce qui s’est retourné contre l’entreprise, a résumé son co-fondateur au cours d’un événement organisé par l’Empire Club du Canada.

S’exprimant pour la première fois en public depuis sa démission précipité de BlackBerry — alors nommé Research In Motion (RIM) — en janvier 2012, Jim Balsillie a raconté sa version de la façon dont son entreprise a perdu son statut de leader mondial de l’industrie du téléphone intelligent.

Il a pointé du doigt les nombreux brevets et la concurrence féroce d’Apple. Il a aussi parlé des problèmes techniques des appareils BlackBerry qui ont poussé les consommateurs à les retourner en magasin, ce qui a envenimé ses relations avec le géant américain Verizon, qui a décidé de rompre ses liens avec l’entreprise ontarienne.

Mardi, l’homme d’affaires — qui utilise toujours fièrement un BlackBerry Bold — était vêtu d’une veste saumon et de pantalons de toile, sans cravate. Son air décontracté tranchait avec le style plus traditionnel de la majorité de l’assistance.

Au cours de son discours, Jim Balsillie a insisté sur ses espoirs de changement pour les secteur canadien des hautes technologies et a appelé à la création d’un lobby national destinée à aider les jeunes entreprises de ce domaine à recevoir l’attention dont elles ont besoin pour prospérer.

Il a aussi déclaré que l’industrie et le gouvernement doivent travailler ensemble si le Canada veut faire face à la concurrence mondiale dans le domaine des hautes technologies.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!