TORONTO – L’homme au coeur du scandale des agressions sexuelles survenues au Maple Leaf Gardens de Toronto il y a plusieurs décennies a été condamné à six ans et demi de prison, jeudi, après avoir plaidé coupable à 100 accusations.

Les crimes de Gordon Stuckless ont été commis contre 18 jeunes garçons il y a des dizaines d’années. Il devra passer six ans derrière les barreaux, puisqu’il a reçu un crédit de six mois pour les trois années durant lesquelles il a été assigné à résidence.

Certaines des victimes de Gordon Stuckless et leurs proches lui ont lancé des injures au moment où il a quitté le palais de justice, menottes aux poignets.

Son avocat, Ari Goldkind, avait déclaré que son client méritait une peine de cinq ans, avec un crédit de deux ans pour le temps passé assigné à résidence et les mesures qu’il a prises pour éviter une récidive. Il se soumet en effet volontairement à une castration chimique depuis plus d’une décennie.

La Couronne avait quant à elle demandé une peine de 12 ans, jugeant que Gordon Stuckless n’avait démontré aucuns remords et qu’on ne pouvait l’obliger légalement à prendre des médicaments antilibido.

Gordon Stuckless avait présenté ses excuses en cour, plus tôt cette année. Il avait admis avoir trahi la confiance de ses jeunes victimes et ajouté qu’il devait porter seul le poids de cette honte.

Il avait par ailleurs précédemment plaidé coupable, en 1997, à des chefs d’agressions sexuelles sur 24 garçons — des faits remontant aux années où il était placier au Maple Leaf Gardens, entre 1969 et 1988.

Il avait été condamné à deux ans de prison moins un jour, mais sa peine avait finalement été augmentée à cinq ans. Il avait été libéré sous conditions en 2001 après avoir purgé les deux tiers de sa peine.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!