Archives TC Media

Tyler Hunt, 29 ans, d’Ottawa, a été formellement accusé, jeudi, au palais de justice de Gatineau d’homicide involontaire d’un enfant de 15 mois, survenu il y a six ans.

Il a été remis en liberté sous une série de conditions à l’issue de sa comparution.

L’affaire remonte au 15 juin 2010, alors qu’un appel avait été fait à la centrale téléphonique 9-1-1 pour un enfant trouvé inerte dans une résidence. Malgré des soins hospitaliers, il était mort le lendemain, en début de soirée.

À première vue, l’enfant ne présentait aucun signe de violence physique, mais les examens ultérieurs faisaient tout de même état d’un traumatisme crânien.

«Dans les éléments manquants à l’époque, techniquement, il était impossible de déterminer l’heure à laquelle le traumatisme était survenu et, donc, de cibler une personne présente à ce moment», a expliqué le sergent Jean-Paul Lemay, du Service de police de la Ville de Gatineau, en entrevue avec La Presse canadienne.

«On ne pouvait donc pas mettre en preuve qu’il y avait eu un abus physique à l’endroit du bébé de 15 mois.»

Bien que le dossier ait été fermé, son responsable n’était pas satisfait de son dénouement.

«L’enquêteur au dossier avait quand même un doute qui le tracassait, et les avancements scientifiques dans le domaine l’ont amené en 2014 à consulter un médecin expert pour lui demander s’il était prêt à réviser le dossier de 2010.»

«Après la révision de ce premier médecin, quelques experts en sont venus à la même conclusion, soit que la cause du décès est imputable à un traumatisme crânien fatal non accidentel», a raconté le sergent Lemay.

Aucune exhumation n’a toutefois été requise pour en venir à cette conclusion: «Tout ce dont les experts avaient besoin était disponible dans la documentation de l’époque», a-t-il précisé.

L’analyse du dossier d’enquête soumis par le SPVG a permis au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) d’autoriser une accusation d’homicide involontaire et de lancer un mandat d’arrestation à l’endroit de Tyler Hunt.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!