MONTRÉAL – La Québécoise Geneviève Sabourin, accusée d’avoir harcelé l’acteur américain Alec Baldwin, a été libérée mercredi midi, après qu’une juge de Manhattan l’eut mis en examen pour un nouveau chef sur un bris de conditions.

La juge Lynn Kotler a libéré l’actrice québécoise malgré l’objection des procureurs. Ceux-ci auraient réclamé en vain une caution de 5000 $.

Selon le «New York Post», la procureure Lauren Manso a dit à la juge que Geneviève Sabourin avait acheminé six messages à l’épouse de Alec Baldwin, soutenant que cela enfreignait les ordonnances de la cour et démontrait le risque que la Québécoise tente de fuir les autorités.

L’avocat en sol canadien de Geneviève Sabourin, Jean-Pierre Rancourt, a indiqué mercredi ne pas avoir encore pu parler à l’accusée, affirmant que son cellulaire avait été saisie.

Me Rancourt a mentionné qu’un membre de l’aide juridique aux États-Unis avait représenté la Québécoise, mercredi, et que celui-ci devait évaluer les moyens financiers de l’accusée afin de voir si cette aide lui sera accordée pour la suite des procédures.

Il a ajouté qu’il discuterait bientôt avec sa cliente, qui doit revenir prochainement au Québec.

Geneviève Sabourin avait été arrêtée à son retour au tribunal, mardi à New York, quelques semaines après qu’un juge ait décidé qu’elle devrait subir un procès pour avoir supposément harcelé l’acteur américain Alec Baldwin.

Menottée puis sortie de la salle d’audience, Geneviève Sabourin aurait réclamé en criant de connaître les motifs de son arrestation.

La Québécoise âgée dans la quarantaine faisait valoir qu’en raison des rapports et discussions entre elle et M. Baldwin, les accusations portées contre elle devaient être abandonnées.

Geneviève Sabourin et M. Baldwin se sont rencontrés sur un plateau de tournage il y a environ dix ans. Les procureurs affirment que l’accusée, qui réside dans la région de Montréal, a envoyé une série de courriels à M. Baldwin, le printemps dernier, le suppliant de l’épouser.

Le 8 avril dernier, elle a été arrêtée devant l’immeuble où réside l’acteur. Quelques jours auparavant, Mme Sabourin aurait fait irruption dans un lieu où se trouvait Alec Baldwin et aurait été expulsée par le service de sécurité.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!