La cause du décès d’Amy Winehouse demeure inchangée. La nouvelle coroner en place doit désormais se ronger les sangs à la suite de ses allégations et de sa demande de réouverture de l’enquête.

C’est ce matin, 8 janvier, que l’information a été confirmée à la cour du coroner de St Pancras, le même endroit que lors du premier verdict. Ainsi, digitalspy.ca rapporte que la chanteuse, décédée à l’âge de 27 ans, le 23 juillet 2011, a bel et bien succombé à un empoisonnement accidentel à l’alcool.

Une poursuite a été lancée contre le Dr Andrew Reid, destitué de son poste de coroner après avoir embauché son épouse « non qualifiée » pour l’analyse des preuves.

À la suite de ce second verdict, aucune information n’a été dévoilée, à savoir si la poursuite demeure.

Quant au père de la défunte, Mitch Winehouse, il était furieux de cette nouvelle requête, après les démarches déjà controversées du mandat du premier coroner. Il avait fait mention qu’il ne serait pas présent lors de l’annonce du second verdict.

« Je ne ferai pas traverser cela à ma famille une fois de plus. Je n’irai pas. Et je peux déjà vous dire que le résultat sera le même », avait alors déclaré Winehouse qui, somme toute, avait raison.

Crédit photo : © PA Wire/PA Photos/KEYSTONE Press

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!