Glen Wilson/ Universal pictures Alison Brie dans le film The Five-Year Engagement

Alison Brie joue la sœur d’Emily Blunt dans The Five-Year Engagement. Pour décrocher ce rôle, elle a étudié fort. Peut-être trop fort.

Alison Brie, que les fans des séries télévisées Community et Mad Men connaissent bien, a dû se plier à plusieurs exigences en tant qu’actrice, mais n’avait jamais joué un personnage britannique. Et dans The Five-Year Engagement (5 ans de réflexion), la contrainte était un peu plus particulière que simplement «Jouer un personnage britannique» : elle devait être crédible dans la peau de la sœur d’Emily Blunt.

Pour se préparer, Brie s’est donc «immergée» dans la personnalité de Blunt, visionnant tous les films dans lesquels cette dernière est apparue, écoutant des enregistrements d’elle, la suivant partout toute une journée – breaf, la harcelant de sa présence. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour avoir un rôle, n’est-ce pas?

Suivre Emily comme un chien de poche pour vous assurer d’avoir la bonne voix, ça vous a semblé étrange?
Je me sentais souvent comme dans Single White Female! (Rires) Si quelqu’un avait pris une photo, ça aurait semblé étrange – elle riant et parlant, et moi, à côté d’elle, la regardant intensément, répétant en chuchotant ce qu’elle disait. Mais en définitive, ça n’a pas été aussi étrange que ça, non. Pas avec Emily. Parfois, nous étions tous sortis, et elle me demandait de l’imiter.

Y a-t-il eu des moments où vous disiez quelque chose et où elle demandait : «Je sonne vraiment comme ça?»
Non, non. Elle me corrigeait plutôt : «Ça ne sonne pas comme moi!»

Dans une scène du film, vous portez un toast aux heureux époux – et pleurez de façon incontrôlable. À quel point était-ce improvisé?
C’était fait dans un esprit très collaboratif. Je me souviens qu’en arrivant sur le plateau ce jour-là, le réalisateur, Nick Stoller, est venu me dire : «Tu sais, on ne tient pas tant que ça à ce qui est écrit dans le scénario pour cette scène, alors, si tu as d’autres idées, on va travailler là-dessus aujourd’hui.» Alors, il a fini par y avoir différentes versions de ce moment. Il y en a une où je danse, où j’imite un robot. Mais le moment où je pleure et où je semble être incapable d’arrêter de pleurer a toujours été là. Nick me disait : «De quelle façon tu pourrais essayer de t’arrêter de pleurer?» Apparemment, la meilleure façon était de parler avec une voix basse et épeurante. C’est une bonne chose à savoir de moi-même!

Vous avez aussi une conversation très adulte avec Emily, durant laquelle vous parlez comme Elmo et le Cookie Monster de Sesame Street. Combien de temps avez-vous dû parler avec ces voix?
Longtemps! On a fait la version qui était écrite dans le scénario, puis on a improvisé – des heures durant! Emily et moi buvions du thé au miel chaque demi-heure environ. J’étais en train de perdre la tête! Et quand je perds la tête, je me mets à rire, rire, au point d’en pleurer, ce qui oblige à refaire tout mon maquillage… donc chaque fois, tout le monde hurlait : «Nooon!» Et Emily me regardait en disant : «Alison, ne pleure pas. Ne pleure pas!» ce qui me faisait rire encore plus.

Mad Men
Alison Brie parle de la série qui l’a fait connaître et qui en est à sa cinquième saison :

  • À propos du créateur, Matt Weiner, qui dit que la septième saison de la série sera la dernière. «C’est ça, c’est ça. Je le croirai quand je le verrai. (Rires)»
  • À propos de ce que l’émission nous réserve. «Je n’en sais pas grand-chose. Nous sommes laissés dans l’ignorance. C’est mieux comme ça, je n’aimerais pas connaître trop de secrets.»
  • À propos des mesures prises pour que les punchs ne soient pas dévoilés. «Les gens nous demandent toujours : « Qu’est-ce qu’ils vous disent? Vous ne révélez jamais rien! » En fait, maintenant il y a des contrats de confidentialité qui doivent être signés, mais ce n’était pas le cas les premières années. Matt nous disait simplement : « Ça gâche le plaisir des fans. Pourquoi voudriez-vous faire cela? »»

The Five-Year Engagement
En salle dès le 27 avril

 

Aussi dans Culture :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!