Sylvain Gagnon L'immeuble de 31 appartements situé au 5680, rue de Salaberry est visé par un projet de logements sociaux réservés prioritairement à des mères monoparentales à faible revenu de Bordeaux-Cartierville.
Un immeuble délabré situé sur la rue de Salaberry près de Grenet sera converti en projet de logement social pour mères monoparentales. En plus de favoriser la réinsertion de ces femmes, la maison Mon toit, mon Cartier contribuera à revitaliser une zone qui a mauvaise réputation.

Ce lieu destiné aux mamans avec leurs enfants permettra d’accompagner individuellement 16 femmes pour les aider à aller vers des ressources du quartier tout en leur offrant du logement. Le nouvel organisme Mon toit, mon Cartier, qui porte pour l’instant le même nom que le projet, est à l’origine de l’initiative, dans le cadre de la démarche de revitalisation urbaine intégrée (RUI) du secteur Laurentien-Grenet. L’organisme va embaucher une intervenante qui sera sur place pour aider les participantes dans leurs plans de vie.

«L’objectif ultime est de leur permettre de faire une transition vers une autonomie. Elles seront hébergées temporairement avec un accompagnement», explique Dorothée Lacroix, organisatrice communautaire au CSSS de Bordeaux-Cartierville–Saint-Laurent et membre du conseil d’administration de Mon toit, mon Cartier.

Les femmes auront également accès aux services de la Maison des parents qui y déménagera ses bureaux. Cet organisme, actuellement située sur la rue Lachapelle, occupera une partie du sous-sol et du rez-de-chaussée. «Ce qui va permettre aux mères d’avoir accès à une mixité et de rencontrer d’autres familles du quartier», selon Mme Lacroix.

Rénovation dès cet été

Véritable taudis, l’immeuble projeté pour la création de 16 logements communautaires est aux prises avec des problèmes de moisissures, de coquerelles et même d’amiante. D’ici le 30 juin, la vingtaine de locataires actuels sera relocalisée dans de meilleures conditions. Le Regroupement des organismes du Montréal ethnique pour le logement (ROMEL) accompagne Mon toit, mon Cartier dans l’élaboration du projet. Le ROMEL a fait une offre d’achat pour acquérir l’immeuble résidentiel situé au 5680, rue de Salaberry.

Le coût total du projet est de 3M$. Il sera financé par la Société d’habitation du Québec via son programme AccèsLogis et la Ville de Montréal. La Fondation Gracia participera également au financement afin de permettre l’aménagement d’une cuisine communautaire. (Voir autre texte) Un toit vert est aussi envisagé pour ce bâtiment.

L’immeuble sera complètement rénové cet été. Les premières locataires pourront s’installer en avril 2013.

Beaucoup de familles monoparentales

Pour élaborer le projet, les intervenants sont partis du constat de la pauvreté dans le secteur Laurentien-Grenet, du grand nombre de familles monoparentales et du fait que ce sont souvent les femmes qui ont des emplois précaires. Selon les statistiques de ce secteur de RUI, on retrouve 29% de familles monoparentales, ce qui correspond à 760 familles dans cette zone. Sur l’île de Montréal, ce pourcentage atteint 20%.

L’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville a adopté le 2 avril une résolution visant à autoriser l’occupation d’une partie de l’immeuble à des fins d’activités communautaires. Si aucun résident ne demande l’ouverture d’un registre pour la tenue d’un référendum sur ce projet, il devrait être approuvé.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!