Les centres locaux de développement (CLD) n’échappent pas à la volonté du gouvernement Couillard de sabrer dans les dépenses. Le ministre des Finances, Carlos J. Leitão, a affirmé à TC Media que les CLD allaient disparaître tandis que l’entourage du ministre Jacques Daoust a confirmé qu’aucune annonce ne sera faite avant quelques jours. Le directeur du CLD Verdun, Marc Cloutier, est inquiet.

La réorganisation des services d’aide à la création d’entreprises, un mandat exercé par les centres locaux, pourrait bien se retrouver sous la responsabilité des municipalités. Entretemps, le CLD Verdun et son directeur Marc Cloutier tentent, dans un ultime effort, de faire connaître les réalisations et le rayonnement de l’organisme dans Verdun.

Marc Cloutier est en poste comme directeur du CLD local depuis sa fondation, il y a 16 ans. «Le gros enjeu, c’est qu’on coûte cher aux yeux du gouvernement», commente-t-il.

Conscient du désarroi dans lequel sont plongés les employés et les clients du CLD qui envisagent les pires scénarios, le directeur estime qu’un centre local de développement crée à peu de frais, de l’activité économique et de la richesse. «On ne paie pas cher nos ressources techniques spécialisées», s’est-il empressé de dire. La masse salariale compte pour à peine 40% du total du budget, selon Marc Cloutier.

La mission du CLD est de favoriser le développement des activités économiques en apportant un support à l’entrepreneuriat local. Dans ce contexte, le Centre offre des services d’aide au démarrage et à l’expansion d’entreprises. L’accompagnement, incluant l’aide pour rédiger un plan d’affaires, une aide financière modeste parfois indispensable, et l’appui auprès des prêteurs comme les banques et les caisses, figure parmi les démarches des professionnels du CLD. La formation et le partenariat avec le Centre local d’emplois sont également au programme.

Des signaux inquiétants

Le dossier est controversé à un point tel que le maire de l’arrondissement de Verdun, Jean-François Parenteau, attend d’avoir plus de détails sur les intentions gouvernementales avant de prendre position.

Au bureau du député de Verdun et ministre de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations, Jacques Daoust, on n’en sait pas beaucoup plus pour le moment. Une annonce imminente sera faite en tenant compte du cas de Montréal qui est différent du reste du Québec. Par ailleurs, de source sûre, dans l’entourage du ministre des Finances du Québec, Carlos J. Leitão, l’abolition des CLD semble décidée.

En attendant, le directeur Cloutier appuie la campagne provinciale de l’Association des CLD du Québec (ACLDQ) sous le thème «Jamais, sans mon CLD». En effet, le regroupement des 120 CLD dénonce une réduction appréhendée de 40 millions $ (sur 72M$) dans le développement économique du Québec avec la disparition des CLD dont le budget restant de 32M$ serait saupoudré dans les municipalités. De qui le CLD Verdun relève-t-il? En principe, de Jacques Daoust qui est député de Verdun. Toutefois à Montréal, c’est le ministre des Affaires municipales Pierre Moreau qui en assume la responsabilité, rappelle Marc Cloutier.

APPORT ÉCONOMIQUE DU CLD VERDUN

(Année financière 2013-2014)

171 nouveaux entrepreneurs rencontrés

Trois fonds d’investissements pour un total de: 249 520$

31 projets soutenus

84 emplois créés

5 emplois sauvés

Valeur des investissements privés en marge de l’aide du CLD: 2 444 430$ 

 

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus