Isabelle Bergeron/TC Media Le Montréalais Daniel Green travaille depuis maintenant plus de 30 ans sur la problématique des substances toxiques dans l'environnement. Il éprouve beaucoup de satisfaction d'aider les communautés qui ont des problèmes de contamination, par exemple dans l'affaire de l'eau contaminée à Shannon. L'homme de 61 ans est aussi un passionné de pêche à la mouche.

Élections partielles
TC Media est allé à la rencontre des six candidats aux élections fédérales du 3 avril et leur a posé les mêmes questions sur l’emploi, l’innovation, les transports, l’immigration et l’environnement. Ils vous expliquent leurs projets et dévoilent leurs connaissances sur Saint-Laurent.

Le candidat du Parti vert, Daniel Green, dénonce fermement l’attitude des Libéraux, qui n’ont pas effectué la réforme électorale promise, en plus d’abandonner Saint-Laurent. La lutte contre les changements climatiques et la démocratie sont au cœur de ses préoccupations.

«Ce fût un dur réveil lorsque le Parti libéral (PLC) s’est débarrassé de Stéphane Dion, puis j’ai été doublement choqué lorsqu’ils ont empêché Alan DeSousa de se présenter», explique l’environnementaliste, qui a décidé de se lancer dans la campagne après ces événements.

M. Green souhaite promouvoir les emplois verts. «Il faut s’assurer d’amener les industries à penser à l’environnement. Par exemple, en pharmacologie, les molécules pourraient être biodégradables, car elles se retrouvent dans les cours d’eau», développe-t-il.

Les gares de triage, dont les terrains sont contaminés, pourraient également être converties en industries, plutôt que de construire sur des marais au Technoparc. Il serait possible de développer des technologies de décontamination, selon lui.

«Avec les collèges, il y a une niche à Saint-Laurent en technique. Les investissements fédéraux en formation, dans les laboratoires et les installations notamment, devraient être favorisés», précise M. Green.

Une meilleure reconnaissance des diplômes étrangers faciliterait aussi la création d’emplois. Pour aider l’accueil des immigrants, M. Green croit qu’il faut créer davantage de logements sociaux familiaux abordables.

Penser global
Pour le transport en commun, le chef adjoint du Parti vert préférerait qu’on utilise les corridors existants pour desservir l’aéroport.

«Le train électrique (REM) est une bonne idée, mais son tracé est à revoir. Le tunnel entre le Technoparc et l’aéroport va traverser des marécages», explique-t-il.

En plus d’une nationalisation des rails, il verrait une conciliation entre les projets Turcot et du REM.

«Un projet global coûte moins cher si on planifie plus grand. C’est le cas du métro: doit-il s’arrêter à Bois-Franc ou continuer?», questionne-t-il.

Côté Montréal-Trudeau, il juge que le moratoire sur les atterrissages de nuit n’a pas été respecté. «C’est un défi avec la question de la sécurité et des vents, mais il faut trouver un modus vivendi pour habiter Saint-Laurent sans se faire interrompre par le bruit des avions toutes les cinq minutes», ajoute-t-il.

M. Green souhaite que la ville-centre installe davantage de postes de mesure de la qualité de l’air. L’aéroport devrait également investir dans un système de récupération des eaux, car les ruisseaux Bertrand et Bouchard sont pollués par les produits de dégivrage des avions.

Une des plus belles choses qu’il pourrait faire s’il est élu est la création d’un parc fédéral à Saint-Laurent, à l’image du parc urbain national de la Rouge, à Toronto. Il aime d’ailleurs beaucoup le projet de parc-nature d’Alan DeSousa, mais rappelle que des terrains appartiennent à Transports Canada.

 

Saint-Laurent en 7 questions

Tous les candidats aux élections partielles ont été soumis aux mêmes questions de culture générale laurentienne.

1. Combien y a-t-il d’habitants à Saint-Laurent?
Entre 95 000 et 102 000 habitants.

2. Citez trois Laurentiens qui vous inspirent.
Marcel Laurin qui, suivi par Alan DeSousa, a insufflé le schéma de développement de Saint-Laurent, en mélangeant paroisse catholique et modernité. Maurice Cohen, car c’est un des plus anciens conseillers qui a vécu la défusion.

3. De quels pays proviennent principalement les nouveaux immigrants à Saint-Laurent?
Chine, Arménie, Afrique du Nord, Syrie, Cambodge

4. Quel événement historique lié à Saint-Laurent retenez-vous?
Dans les années 1960, la construction de Décarie, qui devient une artère majeure dans cette petite municipalité bucolique. Saint-Laurent est d’ailleurs entouré de grandes artères qui le connectent et l’enclavent en même temps.

5. Qui a été le maire ou le député le plus marquant de Saint-Laurent?
J’ai un grand respect pour Alan DeSousa, mais je n’irai pas à la pêche avec lui pendant une semaine. Stéphane Dion a quant à lui prouvé qu’en politique, les idées comptent. C’était un interlocuteur qui réfléchissait et pensait comme une personne d’État. C’est une grande perte pour Saint-Laurent, la démocratie, la défense de l’environnement.

6. Quel est le lieu de rassemblement par excellence à Saint-Laurent?
J’aime beaucoup le parc Marcel-Laurin, où il y a eu un bel investissement dans les études floristiques et fauniques.

7. Quelles sont les principales institutions d’enseignement à Saint-Laurent?
Les cégeps Vanier et Saint-Laurent.

Réponses
1. 101 530 habitants selon la dernière estimation de janvier 2016
3. Liban, Maroc, Chine
7. Collège Vanier, Cégep de Saint-Laurent

Lire aussi les entrevues avec:

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!