Fière d’être Québécoise

Cette lettre et la suivante répondent à une autre publiée jeudi dernier dans cette page.

Merci, madame «l’étrangère», parce qu’à la lecture de votre texte, vous m’avez fait sentir immensément fière d’être Québécoise. En fait, je suis fière d’être à l’opposé de votre description répugnante du Québécois, située à mi-chemin entre l’ignorance et la poutine. Je suis également très fière de ne compter personne dans mon entourage qui y corresponde. Fière de considérer comme aussi Québécois que moi quiconque embrasse la langue et la culture d’ici, sans pour autant mettre de côté la sienne. Fière d’être cultivée, proactive, ouverte et responsable. Fière de constater à quel point vous êtes dans l’erreur.

Marie-Claude Bouchard

Un vrai Québécois

Une brève réplique à la cinglante opinion exprimée dans ces pages jeudi dernier. Je crois qu’un vrai Québécois est quelqu’un qui a à cœur le bien-être de notre nation et qui agit en conséquence; cela est vrai, peu importe l’origine de ce dernier.

Je ne connais pas de peuple entièrement constitué d’universitaires connaissant parfaitement son histoire nationale. Il est plutôt normal de se souvenir, pour le commun des citoyens, des événements qui ont forgé la nation que nous sommes et d’en être fier, même si aucune histoire n’est sans tache. Pendant des siècles, on a tenté de nous faire croire qu’il était honteux d’être qui nous sommes.

Même si nous ne sommes pas une nation d’érudits et ne connaissons pas toutes les grands œuvres de notre culture (quel peuple pourrait s’en targuer?), estimons-nous heureux d’avoir forgé une société qui peut remettre en question les idées reçues, qui peut s’affirmer et qui peut même parfois se mobiliser pour faire avancer les choses.

D’autant plus que, contrairement à ce que vous affirmez, nous formons une société ouverte aux autres cultures, de Montréal à Saguenay, de Québec à Gaspé. Je vous invite à voyager dans ce Québec (qui est tout autant le vôtre) pour vous en rendre compte.

Ne tombez pas vous même dans la caricature que vous tentez maladroitementde dénoncer.

Anthoni Barbe

Breton ou l’implication citoyenne

J’ai connu de près Daniel Breton, homme d’implication exemplaire et de profondes convictions.
Sa présence constante dans nos luttes essentielles touchant l’environnement et la santé d’une société fragilisée par les abuseurs de tout acabit qui ne pensent qu’en fonction des profits restera à jamais précieuse pour le Québec. Il a une connaissance très vaste des dossiers qui l’interpellent et a le courage de travailler sans relâche à les menerà terme. Nous manquons au Québec d’hommes de cette stature et capables de cette solidarité citoyenne.

Que ceux qui s’amusent aujourd’hui à le condamner se regardent bien dans le miroir; ils y verront souvent le reflet de petits démagogues prétendument vertueux, mais inaptes à défendre les causes primordiales et criantes qui blessent profondément le présent et l’avenir de ce pays en gestation.

JACQUES LÉGER, MONTRÉAL

Aussi dans Courrier des lecteurs :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!