Lettre au ministre de l’Éducation

Bonjour Monsieur le ministre,

Je m’appelle Noémie. Je vais à l’école primaire Saint-Ambroise dans Rosemont–La Petite-Patrie, à Montréal. Elle est «cool, mon école. On fait plein de choses. On a même notre chanson! J’aime mon école. Je m’y sens bien. Les profs et les autres adultes sont toujours là pour nous. Par exemple :

– Sylvie, l’orthopédagogue vient dans ma classe chaque semaine pour aider ceux qui ont de la difficulté en français ou en mathématique. Certains amis vont aussi travailler avec elle dans son bureau. Quand ils reviennent, ils sont souriants. Mais l’année prochaine, l’orthopédagogue fera moins d’heures. Je ne sais pas si elle va encore venir dans ma classe.

– Mathieu, mon grand frère, voit aussi une orthopédagogue. En sixième année, il a un ordinateur pour l’aider. L’orthopédagogue lui a montré plein de trucs avec les programmes. Grâce à cette aide, mon frère a pu composer une histoire incroyable, qu’il m’a lue hier.

Mais l’année prochaine, les amis qui sont comme mon grand frère n’auront pas la même chance que lui. Je me demande bien comment ils vont faire s’ils n’ont pas de bons trucs pour apprendre.

– L’autre fois, Annie, la psychoéducatrice, a fait un atelier sur l’intimidation. Étienne, qui jouait seul à la récréation, est allé la voir. Maintenant, elle vient le chercher une fois de temps en temps pour l’aider. Hier, il a joué à la tague avec nous.

Et si l’année prochaine personne ne se rendait compte qu’un ami joue seul…

– En jouant, Raphaël s’est fait mal. Un prof l’a vite amené voir la secrétaire, qui a mis de la glace sur sa plaie et lui a fait un bandage. Je pense qu’elle a appelé ses parents. Mais Raphaël est revenu dans la classe, parce que la secrétaire a tout vérifié et ses parents n’ont pas eu besoin de quitter leur travail.

Mais l’année prochaine, dans mon pavillon, la secrétaire ne sera pas là l’après-midi. On n’a plus les moyens…

– L’autre jour, après mon rendez-vous, je suis arrivée en retard. Comme mon cours d’arts plastiques est dans l’autre pavillon, c’est la secrétaire qui est venue m’y reconduire.

Mais l’année prochaine… j’imagine qu’un adulte va devoir arrêter le travail qu’il fait pour venir me reconduire. Ce ne sera sûrement pas le concierge, il sera là moins souvent, lui aussi!

– En mathématique, Lise, mon prof, nous a montré un truc pour nous aider à résoudre un problème. Elle était fière, car on a tous compris et on utilise souvent son truc. Léa, dans l’autre classe, a aussi appris ce truc. Je pense que c’est la conseillère pédagogique qui a donné une formation aux professeurs. Eux aussi, ils vont à l’école, l’école des profs!
Mais l’année prochaine, est-ce qu’ils vont encore avoir des trucs de la conseillère pédagogique? Je ne crois pas. Elle ne sera plus à l’école. C’est plate, parce qu’elle est très aimée, mais vu que plusieurs personnes ne savent pas trop ce que ça fait, une conseillère pédagogique, on dirait qu’on pense que son travail n’est pas important!

En tout cas, moi, plus tard, je voudrais faire un travail que les autres trouvent important pour ne pas le perdre. Mais ça, c’est si j’ai la chance de terminer l’école avant qu’il ne reste plus d’argent pour l’école! Si je vous dis tout cela, Monsieur le ministre, c’est que j’ai peur pour mon école et pour celles de mes amies des autres quartiers aussi.

Je ne suis pas trop certaine de bien comprendre ce qui se passe. Les grands m’ont toujours répété de bien travailler à l’école, «parce que c’est important pour mon avenir». Sauf qu’en même temps il y a des grands qui enlèvent beaucoup de sous dont on a besoin pour bien apprendre. Je trouve ça vraiment mélangeant. Je me demande si c’est vrai que les grands trouvent mon avenir important.

Noémie, Au nom de tous les élèves de l’école Saint-Ambroise Ainsi que des membres du Conseil d’Établissement :
Julie Balthazar, enseignante
Catherine Benoit St-Jean,
éducatrice spécialisée
Karine Busilacchini, parent
Martine Bussières, parent
Geneviève Cadieux, directrice adjointe
Pierre David, parent
Marie-Joëlle Filion, parent
Josée Laquerre, responsable du service de garde
Johanne Lévesque, directrice
Pierre-Antoine Manzagol, parent
Elena Martinez, enseignante
Lucianne Rousseau, enseignante
Nicolas Saint-Cyr, enseignant
Marie-Hélène Tremblay, parent et présidente du CÉ
Natacha Trudeau, parent

Aussi dans Courrier des lecteurs :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!