Getty Images

Terrasse mortelle

Enfin, l’été est à nos portes, les terrasses sont ouvertes et l’air est frais partout! Il y a longtemps que le Québec attend un renforcement des mesures pour contrer le tabagisme et, tout particulièrement, l’effet boomerang de la fumée secondaire sur les terrasses. À quoi bon se mentir : les arômes des cuisines et les effluves houblonnés sont meilleurs pour nos narines et nos poumons que le smog généré par les cylindres rougeoyants. Les cigarettes Popeye de mon enfance étaient bien plus rigolotes… malgré le sucre. Qu’attendons-nous pour augmenter les restrictions, surtout lorsqu’on sait que les «industrieux tabacqueux» ciblent maintenant nos jeunes? À quoi bon les protéger contre le monde qui les entoure si nous ne parvenons pas à leur enseigner ce qui est néfaste pour eux? En tant que père de famille, je crois qu’il serait important de restreindre l’accès de nos jeunes à la cigarette et, pourquoi pas, de faire passer l’âge légal pour mendier son clou de cercueil à 21 ans, comme le font certains États américains, dont la progressiste Californie. Je vous entends me dire que les lois vont trop loin et qu’elles briment les libertés individuelles. Pour moi, vous avez une drôle de façon de vous exprimer, et la limite de vos volutes de fumée dépasse celle de ma santé. A-t-on oublié les effets du tabagisme et de la fumée secondaire? La devise du Québec n’est-elle pas «je me souviens»? Moi, je me souviens de nos terrasses mortelles et je souhaite que nos enfants les oublient.

Richard Ouellette, La Tuque

L’austérité : retour au Moyen-Âge

Quand il faut organiser une collecte de fonds pour pouvoir prendre son bain, je trouve que nous sommes rendus bas au Québec! Pourquoi avoir mis tant d’efforts afin d’améliorer les conditions de vie de notre société, pour tout détruire à cause d’un budget mal géré?

Soyons clairs, nous ne manquons ni d’argent ni de ressources au Québec; elles sont simplement mal distribuées. Je pense que l’austérité est un moyen égoïste, élaboré par la droite, pour asservir le peuple et en garder le contrôle.

Où est passée la société des loisirs qu’on nous promettait? Où sont rendues nos belles valeurs d’un monde meilleur pour tous?

En tant que société, nous devons promouvoir le partage des richesses et de la connaissance. La plupart des prisons seraient vides s’il n’y avait pas d’injustice sociale. Si tout le monde avait du pain sur la table, avait accès à l’éducation gratuite, à des soins de santé adéquats et au bonheur, pourquoi commettrions-nous des crimes?

C’est ce qui fait la différence entre un peuple évolué et le Moyen-Âge. Prenons soin les uns des autres. Continuons notre évolution, qui était si bien partie. Concentrons les budgets sur la pyramide de Maslow et éliminons le reste…

Stéphane Gagné, Drummondville

Aussi dans Courrier des lecteurs :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!