Religion, cochons et actualité…

En 2016, à 51 ans, déclarer qu’on est pratiquante, c’est un peu comme sortir du placard pour une personne allosexuelle. Cependant, comme l’a dit Cœur de pirate, vient un jour où on «ne peut plus avoir peur de ce que les gens vont penser» de nous.

Attention! Je fréquente une église anglicane où le drapeau arc-en-ciel trône à longueur d’année à l’arrière de la nef et où les hommes et les femmes sont sur un pied d’égalité. De plus, les membres du clergé ont une vie amoureuse ouvertement affichée et certains ont même des enfants. Certaines religions évoluent plus vite que d’autres!

Pourquoi aller à la messe? Eh bien, disons que cela me procure un certain réconfort, surtout lorsqu’on vient de traverser une série de drames. En plus de la tuerie à Orlando, il y a eu l’assassinat de la députée britannique Jo Cox, les horreurs commises par les combattants du groupe État islamique contre les yézidis et combien d’autres encore. Plus près de nous, on ne peut pas oublier cet autre Canadien, Robert Hall, décapité aux Philippines, ainsi que cette pauvre femme, Christiane Vadnais, dévorée par un pitbull.

Dimanche dernier, l’homélie du très révérend Paul Kennington s’inspirait d’un passage de la Bible (Luc 8:26-39) qui parlait… des cochons! Dans cet évangile, des démons sortent de la bouche de porcs. Comment alors ne pas faire le lien avec les démons qui sortent parfois des médias sociaux? Sous le couvert de l’anonymat, n’est-il pas facile de répandre, à la vitesse grand V, les pires méchancetés sur son prochain?

Ce sermon nous a aussi rappelé que lorsqu’on prend connaissance d’une histoire, il faut se mettre à la place de tous les protagonistes. Par exemple, que l’on soit d’accord ou non avec les politiques de Philippe Couillard, doit-on banaliser cette agression perpétrée par un membre du Pink Bloc? Accepterions-nous qu’un geste pareil soit commis à notre endroit par quelqu’un qui ne partage pas notre avis?
Finalement, le sermon a pris fin sur ces mots : «Prêchons l’amour.» Alors, que ce soit pieds nus ou en tongs, au pays de l’oncle Sam ou à Balconville, une bière ou une limonade à la main, profitons de l’été pour se calmer le pompon!
Martine Lacroix

Aussi dans Courrier des lecteurs :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!