TVA Sophie Thibault

2014 est dans le rétroviseur, qu’est-ce qu’on en retient?

Les bons coups, surtout, mais aussi les mauvais. Avant de tomber dans les éloges (mon prochain billet), faisons un petit retour sur la dernière année en revisitant certains faux pas de la télévision d’ici et d’ailleurs.

À prendre avec le sourire, bien entendu.

La nouvelle formule, très éphémère, du TVA Nouvelles

Ouf, celle-là a fait couler beaucoup d’encres. L’utilisation d’un cône orange, d’une boîte de sardines et les opinions fourre-tout de Mario Langlois et Sophie Durocher, aye-aye-aye. Devant l’assaut d’Éric Salvail en fin de soirée, TVA a tenté d’ajouter du « bling-bling » à son bulletin d’informations avec les résultats qu’on connait. Heureusement, ils ont rapidement ajusté le tir après la pluie de moqueries au lendemain de la première diffusion. Un beau bordel.

Airoldi, sa cage de verre et son égo sans limites

Une chose est sûre, Jean Airoldi n’était pas l’animateur le plus populaire de l’automne à la télévision. Sans dire qu’il faisait l’unanimité avant, disons que sa cage de verre lui aura valu un lot de critique qu’il n’avait sûrement pas anticipé, comme en témoigne sa tournée médiatique plutôt boiteuse visant à justifier le concept de son émission. Vivement un nouveau projet pour laisser ce fiasco dans les cartons chez Canal Vie pour ne le ressortir qu’un peu « chaudaille » lors d’un party d’employés.

Un exemple à ne pas suivre pour Denis Coderre : Rob Ford

Le maire sortant de Toronto a fait le tour des médias en 2014 et pas pour les bonnes raisons. Quand ce n’était pas TMZ qui interceptait ses frasques, c’est le maire lui-même qui se sacrifiait sur différents plateaux d’émissions de fin de soirée. Syndrome de l’imbécile heureux peut-être? Disons que les Américains se sont payés notre tête par l’entremise de Ford.

Pense internet, Paula !

Ça fait quand même longtemps que la première saison des Jeunes loups est terminée – mais nous ne l’avons pas oublié. Oh que non. Réjean Tremblay est toujours aussi populaire au niveau des cotes d’écoute, mais on ne peut pas dire qu’il est de l’air du temps. Confronté à l’émission la plus audacieuse sur les ondes depuis des lunes (Série noire), Les Jeunes loups a remporté la guerre de l’auditoire, mais certainement pas celle de la pertinence et de l’inventivité. L’équivalent créatif d’un Kraft Dinner « pimpé » à la saucisse à hot-dog. Et ils seront de retour, la game restera changée.

Vincent Guzzo et son trop-plein d’opinions

Les gens qui courent après les kodaks, c’est vraiment agaçant. Quand en plus ils ont des opinions franchement répréhensibles, c’est juste navrant. Vincent Guzzo remporte la palme haut la main du « Dindon de la farce » de l’année en raison de ses trop nombreuses apparitions à la télé, de ses « guéguerres » sur les réseaux sociaux et de sa mentalité de vendeur de bonbons prisonnier d’une culture qu’il ne cernera jamais. Pauvre Vincenzo.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!