Comment avoir des employés qui vont s’intégrer à la culture de l’entreprise sans créer une armée de clones? C’est la question que toutes les entreprises de tech se posent.  À la suite de l’annonce du projet Omnibus, par LP Maurice, cofondateur de la startup montréalaise Busbud, j’ai voulu en savoir plus sur les pratiques de l’entreprise en matière de diversité. Entrevue avec Manon Frayssinet, directrice des ressources humaines, qui m’explique comment mettre en place une politique de diversité.

Qu’est-ce que le projet Omnibus?
C’est un projet qui a trait à la diversité, autant culturelle que dans les genres. Ça faisait longtemps qu’on parlait diversité et qu’on faisait des actions ponctuelles. On a décidé d’un plan concret d’actions à mener: cinq activités avec des objectifs à atteindre tous les trois mois. On a rassemblé un groupe de personnes diversifié afin qu’il réfléchit à cette problématique. Chaque employé de l’entreprise va en faire partie. Il y a des femmes et des hommes, plusieurs nationalités et au moins un représentant de chaque département. Les membres changent après trois mois. On vote à main levée les projets, car on veut que les employés aient vraiment envie de travailler dessus.

Manon Frayssinet, directrice des ressources humaines chez Busbud

Pourquoi Busbud s’implique dans la diversité?
C’est venu naturellement. On en parlait depuis longtemps à l’interne. On voyait également d’autres entreprises qui prenaient position publiquement, comme AirBnb  Ça a fait écho chez nous, car nous avons la volonté de servir tous types de voyageurs. Il y a une tendance à ça en ce moment, dans l’industrie et on a voulu en faire partie.

Que souhaitez-vous atteindre chez Busbud?
On veut autant d »employés femmes qu’hommes et accueillir tous les types de personnes: en situation d’handicap, des minorités visibles, etc. Au niveau du recrutement, on travaille à ne pas faire de clonage. Certes, on veut des personnes qui vont s’intégrer dans notre culture, mais on ne veut pas des employés identiques.

«Avoir une équipe diversifiée pour concevoir un produit diversifié et atteindre des utilisateurs diversifiés…» – Manon Frayssinet, directrice des ressources humaines chez Busbud

Quels sont les avantages de la diversité dans le milieu du travail?
Êtes capable de proposer un produit qui représentera tous nos utilisateurs est important. Je me sens grandie en étant en contact avec des personnes différentes de moi. Les conversations sont riches et on règle plus efficacement les problèmes. Si on était tous d’accord sur tout, le produit n’évoluerait jamais.

Après le recrutement, il y a la rétention du personnel. Que faites-vous dans ce sens?
On a eu plusieurs congés parentaux et ça a été majoritairement des hommes. On a eu une femme qui est partie en congé maternité. Pendant son congé, on a payé, pendant un an, 100% des assurances alors que lorsqu’on est employé, la compagnie paye 80%.

Quels sont les plus grand défis lorsqu’on implémente la diversité au travail?
Tout d’abord financier, car je n’ai pas de budget. Ce qui est une bonne chose finalement, car ça nous oblige à être créatif et à penser «outside of the box». On veut se prouver à nous-mêmes, ainsi qu’à la communauté, qu’on n’a pas besoin de gros moyens financiers pour mettre en place la diversité dans le milieu de travail. Il suffit de volonté et de créativité. Nous n’avons aucun défi humain, car les employés embarquent complètement. Ils veulent travailler pour une entreprise qui fait du sens et dont ils peuvent être fiers.

«La diversité est la responsabilité de chaque être humain» – Manon Frayssinet

Quelques exemples d’actions menées, en cours ou à venir?
– LP Maurice a publié un article dans La Presse en janvier 2016 sur l’importance de l’égalité femmes/hommes.
– Busbud était présent à la première édition de Women Techmakers.
– Nous avons accueilli l’une des premières éditions de Ladies Learning Code pour un atelier en Javascript.
– Nous cherchons à embaucher une femme sur le conseil d’administration.
– Nous offrons des cours de langues aux employés, car la langue est véhicule de culture.
– Nous allons organiser un repas, de l’apéritif jusqu’au dessert, avec des plats de différents pays représentés par les employés et les utilisateurs.
– Nous organisons des lunchs entre personnes qui ne se connaissent pas, afin de s’exposer à des personnalités différentes qui ont des réalités différentes.
– Nous allons mettre en place du mentorat en TI auprès de jeunes filles.
– Je mets au défi mes managers en leur demandant: «Recherches-tu le candidat qui a la même culture que toi ou recherches-tu quelqu’un qui va venir te compléter et te remettre en question?»
– Au moment des entrevues, par exemple, le futur employé technique va devoir rencontrer l’un des cofondateurs, son futur manager et la directrice de l’expérience clients. On a un mélange des genres, des origines géographiques et des compétences professionnelles. Si une seule personne a un doute sur l’embauche, elle n’a pas lieu. Il faut que ce soit fait à l’unanimité.

En chiffres
Busbud a été créé en 2011
Une trentaine d’employés
20% de femmes
12 nationalités différentes

Aussi dans Techno :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!