Éric Simoneau et David Gingras sont deux jeunes entrepreneurs qui ont eu la bonne idée de créer Helio, un fauteuil roulant fabriqué à partir de matériaux composites. L’avantage de ce fauteuil? Il est ultraléger, pliant et adaptable. Sa conception a nécessité deux ans de modélisation sur ordinateur. Après quoi, il ne restait plus qu’à le lancer sur le marché. «Nous nous sommes tournés vers des sociétés de capital de risque, mais il fallait d’abord monter une structure d’entreprise, raconte Éric Simoneau. Nous avons cherché des gens compétents pour nous aider.»

Ils ont donc frappé à la porte du Centre d’entreprises et d’innovation de Montréal (CEIM). Cette entreprise privée à but non lucratif, en partie financée par des partenaires gouvernementaux, Å“uvre principalement dans le domaine des technologies de l’information. «Nous nous adressons aux entrepreneurs qui ont identifié une opportunité d’affaires, qui ont les compétences techniques nécessaires pour la développer, mais qui manquent d’expérience en entreprise ou de compétences en gestion», explique Serge Bourassa, président du CEIM.

Comment réaliser une étude technico-commerciale? Quelle stratégie de financement adopter? Comment développer sa clientèle? Voilà le type de savoir-faire que propose l’équipe du CEIM, composée de professionnels accomplis du marketing, de la vente, de la gestion ou encore de la comptabilité.

Éric Simoneau et David Gingras ont ainsi pu profiter de l’expérience et des contacts de Christian Wopperer, vice-président du CEIM et ancien vice-président marketing pour une grande entreprise… en fauteuil roulant. «L’aide de Christian Wopperer nous a été très précieuse, souligne Éric Simoneau. Le CEIM nous a également aidés à recruter du personnel, en rédigeant des offres adaptées à nos besoins et en faisant passer des entretiens préliminaires.»

Aujourd’hui, leur entreprise, Motions Composites, s’apprête à investir les marchés états-unien et européen. Toutes les entreprises qui passent par le CEIM n’ont pas cette fulgurance. Certaines ont besoin d’être «incubées» pendant plusieurs années, d’autres bénéficient de la location de bureaux à moindre coût que propose le Centre, et d’autres encore se contentent des services de conseil du CEIM. Une formule à la carte qui semble bien fonctionner, puisque 75 % de ces entreprises existent toujours cinq ans après leur création.

Il faut dire que la sélection est rigoureuse. «Lorsque nous recevons un entrepreneur, nous commençons par évaluer son projet en fonction de son état d’avancement, de l’équipe qui le soutient et du secteur d’activité concerné, explique Serge Bourassa. Nous retenons environ 1 projet sur 10, car si nous pensons que l’opportunité n’est pas là, il est important de le dire à l’entrepreneur.»

Conseils d’un expert
Serge Bourassa, président et chef des opérations, a rejoint le CEIM en 1997, après 25 ans d’expérience en financement et en conseils-gestion. Il offre aux lecteurs de Métro cinq con­seils pour bien démarrer une entreprise.

  • L’idée à la base du projet d’entreprise doit être une opportunité réelle d’affaires, capable de générer des re­ve­nus conséquents. Il faut valider au préalable l’intérêt de la clientèle cible.
  • Ne pas démarrer seul(e). Trouvez au moins un ou deux partenaires qui partagent votre vision, vos ambitions et dont les qualités sont complémentaires aux vôtres.
  • Identifier les bonnes ressources externes (coach, conseillers, professionnels) et les utiliser efficacement. Il faut développer stratégiquement votre réseau de contacts.
  • Prévoir un plan B dans vos démarches de financement et recourir au boot­strapping, c’est-à-dire vous montrer débrouillard et vous «faire tout seul».
  • Être tenace et persistant. Les meilleurs entrepreneurs ont souvent fait face à de multiples embûches au cours de leur vie avant de réaliser leurs rêves.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!