Métro

MONTRÉAL – La Liberté 55 serait-elle un mythe? Une étude de l’Institut de la statistique du Québec démontre en fait une croissance marquée de l’emploi chez les gens de 55 ans et plus au cours de la dernière décennie.

Le Bilan du marché du travail pour 2015, qui vient d’être publié, révèle en effet que de 2005 à 2015, l’emploi chez les 55 ans et plus a crû de 311 000, soit une progression de 64 %.

À titre de comparaison, pendant la décennie étudiée, l’emploi chez les gens de 25 à 54 ans n’a crû que de 60 000, soit 2 pour cent. Et chez les gens de 15 à 24 ans, il n’a crû que de 20 600, soit de 4 pour cent.

Ainsi, en 2005, les jeunes travailleurs étaient plus nombreux que les travailleurs plus âgés. Mais depuis 2009, la tendance s’est inversée.

Au cours d’une entrevue, Luc Cloutier-Villeneuve, analyste en statistiques du travail à l’Institut de la statistique du Québec, a expliqué ce phénomène par deux facteurs: le vieillissement de la main-d’œuvre — c’est-à-dire un facteur démographique — et une participation accrue des gens de 55 ans et plus au marché du travail — un facteur plus comportemental.

«C’est une cohorte, les baby-boomers, qui est atypique par rapport à celles qui les précédaient. Donc, c’est normal qu’on observe de gros changements dans le marché du travail. Mais, du moment où ils vont commencer à quitter le marché du travail, là on va voir un autre phénomène: est-ce que les cohortes qui les suivent auront les mêmes comportements, est-ce qu’elles vont travailler plus longtemps?» s’est demandé M. Cloutier-Villeneuve.

PME et manufacturier

De même, bien qu’on entende souvent dire que les emplois d’aujourd’hui sont surtout créés par les PME, une étude plus fine des statistiques de l’emploi révèle que ce sont surtout les moyennes entreprises qui ont vu leur emploi croître.

Ainsi, de 2005 à 2015, l’emploi a crû de 180 000 dans les entreprises de 20 à 99 employés, alors qu’il a crû moitié moins, soit une croissance de 88 000, dans les entreprises de moins de 20 employés.

Pour ce qui est des industries, encore une fois, on remarque le déclin de l’industrie manufacturière. En 2015, l’emploi dans cette industrie s’établissait à 489 000. Il s’agissait du niveau le plus bas depuis 1976, soit près de 40 ans.

«Les fluctuations reflètent les cycles économiques, les conjonctures, les effets de récession. Il y a eu un pic en 2002; on avait atteint au-dessus de 650 000 emplois; on avait atteint un sommet dans l’emploi manufacturier. Et par la suite, on a la dégringolade à partir de 2002 jusqu’au début des années 2012-2013, où il y a une certaine stabilité qui s’est installée», a précisé M. Cloutier-Villeneuve.

En 2015, l’emploi a connu une hausse dans l’industrie des services professionnels, scientifiques et techniques, dans le commerce, les administrations publiques, les services aux entreprises, les services aux bâtiments et autres services de soutien, de même que dans le transport et l’entreposage.

Ces industries ont également enregistré leurs nombres d’emplois les plus élevés depuis 1976.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!