The Associated Press Jelena Ostapenko.

PARIS — La jeune Lettone Jelena Ostapenko a remporté la finale des dames à Roland-Garros, s’imposant 4-6, 6-4 et 6-3 contre la Romaine Simona Halep, samedi.

Ostapenko a célébré son 20e anniversaire jeudi, deux jours avant de triompher à l’étape française du Grand chelem. Il s’agit de son premier titre de la WTA.

Classée 47e avant le tournoi, elle va faire un bond de 35 places pour se placer tout près du top 10.

«Je suis tellement heureuse de gagner en finale ici, a dit Ostapenko. Je pense que je n’y crois pas encore… c’était mon rêve et c’est maintenant une réalité. Je pense que c’est seulement dans quelques jours ou quelques semaines que je vais le réaliser.»

Halep, quatrième raquette féminine, avait la chance de détrôner Angelique Kerber comme numéro 1 de la WTA, si elle l’emportait.

Elle tentait de mériter son premier titre d’un tournoi majeur, à sa deuxième occasion du genre. On l’a aussi vue en match ultime en 2014, sur cette même terre battue, mais Maria Sharapova l’a alors battue en trois sets.

Ostapenko a converti sa première balle de match sur un retour de service, avec un solide revers en parallèle.

Ostapenko a commis 54 fautes directes, mais elle a réussi le même nombre de coups gagnants. Halep s’est limitée à 10 erreurs non provoquées, mais elle n’a inscrit que huit coups gagnants.

La Lettone a entamé sa marche vers la gloire en déficit 0-3 au deuxième set. Trois bris lui ont valu cette deuxième manche et dans le set ultime, elle a concrétisé son gain avec son huitième bris du match, en 19 occasions.

«Je n’étais pas nerveuse en arrivant sur le terrain, mais je le suis devenue un peu au deuxième set, a dit Ostapenko. Mais j’ai pris conscience que je n’avais rien à perdre. Je me suis dit de juste faire de mon mieux et de trouver du plaisir à jouer, tout en restant agressive. J’ai persévéré et ça m’a rapporté.»

Halep a laissé filer une avance de 3-1 en dernière manche. L’athlète de 25 ans a obtenu six bris en 16 opportunités.

La chance a aidé Ostapenko, qui s’est approchée à un jeu de l’emporter quand la balle a heurté le filet pour ensuite tomber du côté de sa rivale.

En avril et en mai, Ostapenko a donné un aperçu de son brio sur terre battue en se rendant en finale à Charleston, puis en demi-finale à Prague.

En route vers la finale à Paris, elle a notamment éliminé la championne olympique, Monica Puig, ainsi qu’une ancienne numéro 1, Caroline Wozniacki.

Ostapenko en était seulement à son huitième tournoi de prestige, n’ayant jamais dépassé le troisième tour dans un tel contexte. Il faut remonter à 1979 pour voir une joueuse récolter son premier titre lors d’une étape du Grand chelem (Barbara Jordan, en Australie).

Serena Williams était absente du tournoi parisien, enceinte. Sharapova n’a pas reçu d’invitation après une sanction de mois pour dopage. Victoria Azarenka n’était pas prête pour un retour, elle qui a donné naissance à un garçon en décembre. Kerber s’est vue écartée dès le premier tour. La porte était donc grande ouverte, et la Lettone en a profité avec panache.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!