HELSINKI – Brent Sutter est vraiment passé à autre chose. L’Albertain affiche un enthousiasme indéniable comme entraîneur du Canada au championnat mondial de hockey, un poste qu’il a accepté rapidement après la décision mutuelle de quitter les mêmes fonctions avec les Flames, le mois dernier.

«Les gars ont vraiment une belle chimie et nous avons d’excellents leaders, a confié Sutter. C’est un groupe talentueux. Ils sont jeunes, mais ils savent comment gagner.»

Par coïncidence, l’invitation de Hockey Canada a été reçue le même jour où il a délaissé son poste à Calgary. Un nouveau défi se présentait sans tarder.

En Europe, Sutter et ses adjoints, Guy Boucher et Kirk Muller, ont choisi de ne pas bourrer la tête des joueurs de systèmes, limitant les entraînements dans un contexte de six matches en neuf jours.

Le Canada a amassé une fiche de 5-0-1 avant le match de mardi face au Bélarusses, contre qui un seul points suffirait pour obtenir le premier rang de son groupe en vue de la ronde des médailles.

«Le plus important au départ est d’avoir un groupe uni, a dit Sutter. Nous avons gardé les choses simples. Il y a quand même une structure, mais une structure qui permet à nos joueurs d’exploiter leur talent.»

Sutter peut compter sur 10 joueurs qu’il a déjà dirigés, dont huit qui ont remporté le championnat mondial junior avec lui, que ce soit en 2005 ou 2006.

«Je les connais et ils me connaissent, a dit Sutter. Quand vous gagnez quelque chose ensemble, il y a toujours un lien qui vous unit.»

Ces joueurs apprécient d’ailleurs l’approche sans fioritures de Sutter.

«Il veut qu’on travaille fort et avec constance à chaque match, mentionne le défenseur Dion Phaneuf, qui a joué pour Sutter à Red Deer, au championnat mondial junior de 2005, et avec les Flames. Quand vous le faites, il est content.»

Sutter a dit souvent à quel point il aime travailler avec l’équipe de gestion de Hockey Canada, qui inclut le président des Oilers, Kevin Lowe, le directeur des opérations hockey des Maple Leafs, Dave Nonis, ainsi que quatre directeurs généraux de la LNH soit Peter Chiarelli, des Bruins, Steve Yzerman, du Lightning, Ken Holland, des Red Wings, et Doug Armstrong, des Blues.

«C’est de la première classe d’un bout à l’autre, dit Sutter. Tous ces gars-là ont connu du succès à un moment ou un autre de leurs carrières. Ils savent ce que ça prend pour gagner.»

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!