Depositphotos

Initiée par STOP Oléoduc Outaouais, une pétition contre le projet d’oléoduc Énergie Est de TransCanada contenant 12 000 signatures a été déposée jeudi à l’Assemblée nationale.

La pétition, appuyée par le député péquiste de Terrebonne Mathieu Traversy, cherche à inciter le gouvernement du Québec à «affirme[r] son droit à approuver ou rejeter le projet d’oléoduc Énergie Est en dernière instance à la lumière des recommandations du BAPE», à accélérer ses efforts de réduction des gaz à effet de serre (GES) et à faire en sorte que le BAPE évalue l’impact global du projet sur les émissions de GES.

«On aurait voulu avoir plus de signatures, mais c’est beaucoup plus que ce qu’une pétition pro-pipeline peut avoir», a souligné Geneviève Nadeau, co-porte-parole de STOP Oléoduc Outaouais. Une pétition en faveur du projet Énergie Est avait en effet recueilli 674 signatures québécoises en septembre dernier, sur environ 34 000 signatures à travers le pays.

Une telle pétition est importante pour combattre le cynisme des citoyens, croit Mme Nadeau. «Le but est de ramener le pouvoir aux citoyens, de leur montrer qu’on peut se faire entendre», a-t-elle confié à TC Media.

STOP Oléoduc Outaouais entend poursuivre ses démarches de mobilisation. L’organisation prépare notamment une conférence au mois de janvier (dont les détails du lieu et de la date ne sont pas finalisés) avec Éric Pineault, auteur du livre Le piège Énergie Est.

En octobre, la Ville de Gatineau a manifesté son opposition à Énergie Est, rejoignant, entre autres, les 82 municipalités de la Communauté urbaine de Montréal contre le projet.

Énergie Est transporterait 1,1 million de barils de pétrole chaque jour entre l’Alberta et le Nouveau-Brunswick. Il s’agit du plus gros projet de pipeline en Amérique du Nord.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus