Le projet Wanklyn suscite encore la controverse.

Des citoyens voulant s’opposer au projet de construction de 786 unités sur l’îlot Wanklyn sont furieux parce qu’ils ne pourront le bloquer par la voie habituelle d’un registre et d’un référendum.

En 2012, le premier projet avait été rejeté par les citoyens des zones riveraines, qui critiquaient la hauteur des édifices et les problèmes de circulation qui seraient engendrés par l’arrivée de 750 unités. Le conseil a retiré le projet plutôt que d’investir 600 000$ dans la tenue d’un référendum.

Les mêmes arguments sont avancés pour le nouveau projet, qui lui prévoit 786 unités. Mais cette fois, selon le nouveau processus, c’est l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM), un organisme indépendant, qui tiendra des séances d’information et d’audition au cours des prochains mois, afin de permettre à tous les LaSallois intéressés de se prononcer.

C’est donc cet organisme qui produira un rapport avec recommandations à la fin de l’exercice et le conseil municipal de Montréal décidera ensuite de la suite des choses.

Lors de la séance du conseil du 1er juin, la mairesse Manon Barbe a confirmé que les gens ne pourront s’opposer au projet «avec l’outil du registre ou du référendum, mais l’OCPM consultera les gens qui pourront émettre leurs préoccupations. C’est le processus le plus démocratique qui existe. On ne peut s’imaginer que cet immense terrain reste vide pour encore 15, 20 ou 25 ans».

Vives contestations
La nouvelle procédure a soulevé la colère de quelques intervenants lors de la période de questions et a fait dire à l’ex-candidat à la mairie Francisco Moreno que l’arrondissement contourne un processus démocratique.

«Vous donnez un coup de pouce au promoteur et faites la sourde oreille aux gens qui veulent arrêter le projet en refilant le dossier à l’administration Coderre. Vous parlez de démocratie quand ça vous convient et j’espère que les gens vont se réveiller».

Selon lui, un projet acceptable devrait avoir une limite de trois à quatre étages et compter moins de 400 unités et une garderie.

De son côté, Mme Sonja Sujsnar considère que ce projet est similaire à la version 2012. «Avant, c’était 755 unités sur de trois à neuf étages, et là c’est 786 unités sur trois à huit étages. C’est le même propriétaire et le même promoteur».

Elle a demandé à la mairesse de le retirer, mais s’est heurtée à une fin de non-recevoir de cette dernière, qui soutient au contraire que le projet est différent. «Le parc n’est pas au même endroit, la rue et les bâtisses ne sont pas disposées de la même façon», dit-elle.

La nouvelle mouture
Le nouveau projet prévoit 119 logements communautaires Accès Logis, 230 unités admissibles à Accès Condos, 437unités en location, en copropriété ou pour aînés, un parc et une rue dans l’axe nord-sud.

Le promoteur est le Fonds immobilier de solidarité FTQ et le terrain est situé entre la route 138 et les rues Jean-Milot, des Oblats et Wanklyn.

La mairesse Manon Barbe a conclu en disant que la ville se doit de maximiser les terrains pour amener de nouveaux citoyens afin de contribuer à partager le fardeau fiscal et maintenir le taux de taxation à un coût raisonnable.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!