Yves Provencher | Métro

Le commissaire du Plateau-Mont-Royal, Bernardus Valkenburg, souhaiterait que la Commission scolaire de Montréal (CSDM) obtienne la certification Vélosympathique de Vélo Québec, en incitant notamment ses employés à utiliser le vélo pour se rendre au travail.

Il déposera une résolution au sein du conseil des commissaires le 28 mars prochain, afin de donner une orientation à la CSDM et l’encourager à faire des efforts au sujet du transport actif de ses employés.

«Je pense que la CSDM n’en est pas là pour le moment, il y a encore beaucoup de choses à faire, mais justement, il faut l’inciter à s’y mettre. Les modèles pour les enfants sont souvent des enseignants ou autres adultes significatifs qui travaillent au sein d’une école», explique Ben Valkenburg.

Selon lui, il est important que la CSDM s’accommode, favorise et stimule le transport actif au sein de ses établissements. «Il faut mettre en place des initiatives pour que ça devienne intéressant pour des employés de se déplacer à vélo», ajoute-t-il.

Originaire des Pays-Bas, où le vélo est roi, Ben Valkenburg s’étonne de voir que des organisations comme la CSDM ne favorisent pas l’utilisation du vélo au sein de ses employés.

«Autour des écoles, on souhaite qu’il y ait un climat favorable au cyclisme, donc si tous les enseignants viennent en voiture et se stationnent autour de l’école, cela ne donne pas une bonne image», souligne le commissaire.

Ce dernier est conscient que cela peut parfois être difficile pour les enseignants qui n’habitent pas près de l’école et qui ne peuvent donc pas forcément se déplacer à vélo. «C’est pourquoi des incitatifs sont importants, comme un usage stimulé du vélo électrique, qui rendrait possible l’utilisation du transport actif par les enseignants qui habitent à 7-10 km de leur lieu de travail», commente M. Valkenburg.

Ateliers vélo

Ben Valkenburg compte offrir à la CSDM des ateliers vélo pour sensibiliser les employés du centre administratif, comme il l’a déjà fait une fois. Il aimerait pouvoir en donner également aux enseignants dans des écoles.

«L’atelier est là pour démystifier le vélo, qui est plus accessible que les gens pensent. On est souvent étonné de voir le peu de temps que cela prend pour se rendre au travail en bicycle», lance celui qui donne aussi des conseils sur la sécurité ou sur la façon de s’habiller, pour que l’utilisation du vélo soit agréable.

La certification Vélosympathique

La certification vélosympathique de Vélo Québec est une démarche de certification auprès des collectivités et organisations pour développer une culture vélo et reconnaître les bons coups de ces dernières.

Dans le cas de la CSDM, pour obtenir cette certification, celle-ci devrait «encourager, inciter et éduquer ses employés à l’utilisation du vélo», précise Claudia Beaulac, chargée de projet chez Vélo Québec.

Depuis 2015, le mouvement Vélosympathique permet aux collectivités et organisations d’affirmer leur engagement envers la mobilité durable et d’obtenir des outils personnalisés.

Cinq axes d’intervention doivent être respectés pour obtenir une certification valable trois ans: environnement, éducation, encouragement, encadrement et évaluation.

Un comité de juges analyse chaque candidature et attribue, ou pas, des mentions or, argent, bronze, ou mention honorable. Un rapport de rétroaction souligne par la suite tous les bons coups et les actions déjà mises en place, ainsi que des recommandations.

La CSDM serait la première commission scolaire à déposer sa candidature au Québec.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!