TC Media – Isabelle Bergeron Ariane Carle et des échantillons de sa première collection, les Tricots d’Ariane

Ses vêtements ont stimulé la créativité des plus grands photographes du monde, coloré les pages des prestigieux Vogue USA et Harper’s Bazaar et exacerbé la beauté des plus grandes stars du Québec. La designer Ariane Carle, qui célèbre cette année son 40e anniversaire de carrière, est toutefois loin de penser à céder sa place.

Dans la petite boutique Ariane Carle Design, située sur la rue Saint-Joseph aux limites d’Outremont, son équipe s’active. Entre 10h et 18h, une dizaine de comédiennes, d’animatrices et d’athlètes parmi les plus appréciées du Québec se prêteront au jeu de la séance photos pour mettre en valeur les créations de la designer.

Assises d’un côté de la pièce, France Castel et Maude Guérin reçoivent les dernières retouches à leur coiffure et leur maquillage. Devant l’œil des photographes, Pierrette Robitaille, vêtue d’un bustier et d’une longue jupe argentée nouée à la taille, prends la pose.

Lorsque l’actrice Sophie Faucher sort de la salle d’essayage, parée d’une longue robe de soirée d’un bleu foncé scintillant qui laisse voir ses épaules et son cou délicat, tous les regards se tournent vers elle. «Tu es magnifique», lance Mme Carle. «Je me sens comme une vraie femme», s’exclame la comédienne avec un grand éclat de rire.

«Ce qui me rend fière lorsque je fais le point sur ma carrière, c’est d’avoir embelli et su gagner la confiance des femmes les plus belles, les plus intelligentes et les plus inspirantes du Québec», raconte la designer.

«La Sonia Rykiel du Québec» 

Surnommée la « Sonia Rykiel du Québec », Ariane Carle a toujours su que la création serait au cœur de sa vie. Avec des parents comme le cinéaste Gilles Carle et l’artiste Suzèle Lachapelle, elle apprend très vite à apprécier et à valoriser la beauté, la précision et l’intemporalité.

«Mon père a eu une grande influence sur mon travail, se souvient-elle. Toutes ces femmes, Carole (Laure), Chloé (Sainte-Marie), il les a transformées, il les a sculptées, il leur a même souvent donné un nom. De mon côté, je veux que mes créations amènent les femmes à se sentir belles, elles qui s’apprécient rarement à leur juste valeur.»

Après des études à l’école des Beaux-Arts de Montréal, Ariane Carle se lance dans la confection de costumes. Afin de perfectionner son art, elle fait une spécialisation en Haute Couture à Milan, et participe à plusieurs stages.

Du tricot aux passerelles

Au début des années 80, elle lance sa compagnie, les Tricots d’Ariane; des vêtements faits entièrement à la main et à la machine par des artisans locaux. «J’importais mes cotons d’Inde. Je me rappelle qu’on avait beaucoup de pertes, mais ça donnait une qualité de vêtement superbe. Lorsque les gens m’en rapportent aujourd’hui, ils sont encore impeccables. »

Au cours des années, son travail évolue, et Mme Carle passe progressivement du tricot aux vêtements de luxe. Ses collections de robes de soirée et de robes de mariée sont vite remarquées par les plus grands du milieu.

En plus de vendre ses créations à l’étranger, elle présente ses collections lors de défilés organisés à Montréal, en Californie, à New York et à Paris.

Malgré toutes ces années de succès, Ariane Carle a le regard résolument tourné vers l’avant. Des projets, elle en a à revendre. «Je souhaite notamment faire de la place à la relève et rejoindre une toute nouvelle clientèle grâce aux nouveaux médias. Je pense qu’on peut encore prendre de l’expansion. »

Un site web sera créé dans les prochains mois afin de dévoiler le résultat de la grande séance photo organisée dans le cadre des célébrations.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus