Andréanne Moreau/TC Media Kevin Calixte a rencontré 13 organismes venant en aide aux immigrants pour réaliser l'exposition, qui se trouve au Centre culturel de Verdun jusqu'au 11 février.

L’exposition itinérante Montréal, terre d’accueil réalisée par le jeune photographe Kevin Calixte met en lumière le travail de 13 organismes ayant pour mission de favoriser l’intégration des immigrants dans la métropole. À travers ses œuvres, le spectateur découvre d’un nouvel œil le côté humain derrière chacun de ces groupes.

Né à Montréal de parents haïtiens, Kevin Calixte a toujours été bien conscient de la diversité culturelle de la ville. Mais cette commande lui en a tout de même fait découvrir un aspect dont il n’avait jamais pris conscience.

«Je n’avais jamais réalisé à quel point c’est tout un système qui se met en branle pour accueillir et intégrer les nouveaux arrivants. C’est incroyable le nombre de personnes dévouées dans ces organismes», observe-t-il.

Rencontres
En racontant son expérience, M. Calixte évoque la franche amitié qui unissait deux bénévoles responsables de la popote roulante du Conseil régional des Personnes âgées italo-canadiennes (CRAIC), la patience d’une tutrice qui faisait de l’aide aux devoirs ainsi que l’incroyable volonté d’une dame de 73 ans qui apprenait l’informatique à la Maison d’Haïti.

Ce regard admiratif est bien présent dans ces œuvres, qui rendent bien justice à cette générosité sans toutefois se prendre l’apparence d’un photoreportage journalistique.

«C’est un sujet qui me touche beaucoup, même si je ne suis pas moi-même immigrant. J’ai eu en quelque sorte l’impression de refaire le chemin que ma mère avait emprunté à son arrivée ici. Quoique je ne pense pas qu’elle ait eu accès à autant d’aide», explique M. Calixte, précisant que beaucoup des organismes qu’il a visités sont plutôt jeunes.

Chaque portrait étant divisé en deux sections, celle du haut montre une scène qui représente particulièrement bien les activités de l’organisme tandis que celle du bas vient ajouter une touche plus poétique, plus artistique.

Par exemple, des mains et de la terre illustrent de façon allégorique la mission des organismes. Une manière pour le photographe de faire un pont entre l’expression «mettre la main à la pâte» et celle de «terre d’accueil». On y sent à la fois le travail accompli et le lien qui unit les intervenants et la personne aidée.

Le projet, commandé par le Conseil interculturel de Montréal, a d’abord été exposé à l’Hôtel de ville en mai pour ensuite voyager dans les mairies et les bibliothèques de cinq arrondissements. Au Centre culturel de Verdun jusqu’au 11 février, il reprendra ensuite la route.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!