IDS/Verdun Hebdo – Denis Germain Karine Tas est la directrice générale de la Clinique Regain.

Une poignée de patients atteints de cancer ou en rémission font appel aux services de la Clinique Regain qui a mis en place un nouveau programme il y a deux mois. Complémentaire de ce qui est proposé dans le domaine public, il veut accompagner les patients en leur proposant des soins regroupés sous un même toit à Verdun.

Ce sont les besoins grandissants de la population qui aurait entraîné la création du programme. La directrice générale de la clinique, Karine Tas, rapporte qu’une personne sur deux sera atteinte d’un cancer au courant de sa vie et que le cancer est devenu la première cause de mortalité au Canada.

«Beaucoup de cancers sont associés à de mauvaises habitudes de vie et à Verdun, souligne-t-elle. Il y a malheureusement beaucoup de travail à faire à ce niveau-là. Par exemple, le taux de fumeurs y est plus élevé que la moyenne et on n’est pas des meilleurs joueurs en ce qui concerne le taux d’obésité.»

Approche
La clinique a donc développé une expertise en oncologie pour accompagner les patients ainsi que pour améliorer leur bien-être et leur qualité de vie, que ce soit pendant les traitements ou après.

«Ils sont très bien traités dans le système public pour ce qui est des traitements, mais pour tout le reste, ils n’ont pas toujours les ressources à l’hôpital. Surtout quand ils finissent les traitements, ils sont un peu laissés à eux-mêmes. Ils ont moins de rendez-vous avec leur équipe médicale, ils ont encore plusieurs effets secondaires et ils ont besoin de ressources spécialisées pour les aider», explique Mme Tas.

L’approche du programme est de répondre aux besoins de la personne dans sa globalité. «Physio, ergothérapeute, acupuncteur, ostéopathe, kinésiologue, on a tout ça de regroupé au même endroit pour aider les gens, insiste la directrice générale. C’est ça qui est assez extraordinaire parce que souvent ils doivent fouiller pour trouver un physiothérapeute pour les aider avec le lymphœdème, après ça, ils ont de la fatigue, ils veulent faire de l’activité physique et ne veulent pas parler à un entraîneur qui ne connaît pas les effets secondaires liés au cancer.»

Tous les professionnels de la clinique ont reçu une formation sur la physiopathologie du cancer et certains ont développé des spécialités, comme un physiothérapeute avec la certification lymphœdème.

Gratuité
La volonté est de développer des services complémentaires à ceux proposés dans le domaine public. Par exemple, à l’Hôpital de Verdun, les patients peuvent faire appel à une travailleuse sociale ou à une psychologue et à la clinique des groupes d’entraide ont vu le jour.

«C’est clairement un besoin, de pouvoir partager ce que l’on vit avec quelqu’un qui vit sensiblement la même chose. On a un salon qui est très zen, où les gens peuvent boire un bon thé vert», raconte Karine Tas.

Plusieurs activités gratuites sont organisées sur place: une journée de massage par mois, des conférences sur les saines habitudes de vie, un club de marche tous les lundis en partenariat avec le Centre La Tienda, d’ici à Compostelle.

Grâce à un financement de la Fondation du cancer du sein du Québec, la clinique à but non lucratif offre aussi gratuitement ses services aux résidentes de Verdun, mais aussi du Sud-Ouest, de LaSalle et de Lachine.

«L’objectif à plus long terme serait d’aller chercher d’autres financements, annonce la directrice générale. Là, on en a un pour le cancer du sein, mais je sais qu’à Verdun, il y a beaucoup de cancers du poumon et colorectaux aussi.»

D’ici là, son objectif est de faire connaître son programme, d’augmenter son nombre de participants et d’assurer leur satisfaction.

Volets du programme
• Diminuer les effets secondaires liés aux traitements du cancer
• Adopter de saines habitudes de vie pour prévenir le risque de récidive
• Retour au travail puisqu’entre 26 et 53% des gens quittent ou perdent leur emploi dans les six ans suivants le diagnostic d’un cancer
• Soutenir psychologiquement les patients.

Pour plus d’infos.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!