Une poignée de Verdunoises ont pris le micro pour lancer le recueil Féministes, à nous la parole, réalisé par le Centre des femmes. Elles ont abordé divers sujets comme le harcèlement, la honte, ou encore la dénonciation.

«Que feriez-vous si votre fille était victime d’intimidation?», questionne Nadia Carpini avec son texte intitulé Dans les yeux de…. Elle retrace alors les problèmes qu’elle a vécus au secondaire, tout en soulignant le soutien de ses parents.

Si aujourd’hui elle dit s’assumer comme femme et bénévole, fan de lutte et des Tortues Ninjas, diplômée en pâtisserie et geek, elle ajoute qu’il n’y a pas d’âge pour être victime d’intimidation. Depuis neuf ans, elle poursuit donc son parcours avec le Centre des femmes de Verdun. «Ça m’a beaucoup aidé et ça m’a sorti de ma coquille. Là, j’ai beaucoup évolué», soutient Mme Carpini qui parle de délivrance à travers son témoignage.

Elle espère permettre aux lecteurs de se reconnaître, de sortir de l’isolement dans lequel ils peuvent être et d’y trouver un message d’espoir. «Je pense que c’est pour montrer aux femmes qu’on peut être libre et qu’on peut faire ce qu’on veut dans notre vie, insiste-t-elle. Quand on a un rêve, on y pense, on y croit et on fonce.»

Pour clôturer la rencontre, NataliA a choisi de lire son slam intitulé Amour de Tex(te) O’Sexe!. «Avec mon texte, je souhaite montrer que tu peux te satisfaire toi-même autant qu’avec lui. Je l’ai rédigé rapidement et je remarque que c’est beaucoup plus facile de parler d’une expérience personnelle. Je me vois mal avoir 17 ans et parler de la sexualité comme je l’ai fait», explique-t-elle.

La Verdunoise a choisi de participer au projet par amour pour l’écriture. Elle rédige des textes tous les jours et espère pouvoir en faire son métier. «Le féminisme me tient à cœur dans le sens où je soutiens le mouvement #Me Too et revendique l’égalité, décrit-elle. Par exemple, je ne comprends pas que je ne puisse pas faire le même travail qu’un homme.»

Projet
Le lancement a eu lieu le 27 novembre à la mairie d’arrondissement, durant la campagne des 12 jours d’action contre les violences envers les femmes.

Habituellement, le centre propose une réception dans ses locaux, organisée par les travailleuses. Cette année, le comité journal a voulu célébrer en grand en donnant la parole à ses membres.

«Le recueil crée un sentiment d’accomplissement chez celles qui participent. C’est quelque chose qu’elles vont avoir à vie», insiste la présidente du Centre des femmes de Verdun, Marie-Noël Lefebvre.

Une première version de 40 pages avait précédemment vu le jour et avait était montée à la main par des membres du comité. Cette deuxième version est bonifiée de 10 pages et a un format plus professionnel en vue d’être vendue.

«L’argent sera utilisé pour mener à bien différents projets du centre, explique Mme Lefebvre. On espère faire un deuxième volet du recueil avec de nouveaux textes et plus de diversité, avec des femmes à mobilité réduite entre autres qui pourraient parler de leurs expériences.»

Deux hashtags ont également été créés #12jours et #FeministesÀNousLaParole en vue de soulever un mouvement et donner davantage la parole aux femmes.

Pour plus d’infos.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!